A lire : Entraînement Fonctionnel

Tous les préparateurs physiques et coachs devraient posséder des connaissances sur l’entrainement fonctionnel.

Non, ce n’est pas faire n’importe quoi sur les surfaces instables. C’est comprendre comment fonctionne le corps. Bien au delà de l’anatomie tel qu’elle est enseignée dans les formations.

Le livre de Sébastien Bême et Benjamin Dumortier vous propose une plongée dans une philosophie de l’entrainement centrée sur le corps humain.

Vous pouvez vous procurer le livre : Entraînement Fonctionnelcovertureebook (1)

Voici un large extrait de ce livre :

Il est important de comprendre que les articulations et les muscles travaillent dans un système continu, sous contrôle du système neuromusculaire, assurant ainsi la sécurité de la chaîne cinétique.

En termes simples, il s’agit d’observer le fonctionnement de ce pour quoi le corps a été programmé. Par exemple, une flexion sur une jambe nous apprend beaucoup plus sur la capacité fonctionnelle des adducteurs qu’un effort de résistance à l’adduction couché sur une table.

En réalité, l’observation du mouvement peut être faite à partir de n’importe quel exercice fonctionnel ou de n’importe quelle partie de ce même exercice.

Même si cela peut sembler très compliqué au départ, les mouvements de bases et ses options correspondantes permettent une expérience véritable, révélant une infinité de possibilités. Facilitant l’identification des dysfonctionnents, la possibilité de création de programmes réellement personnalisés est dès lors possible, avec la mise en place de tests fonctionnels rapides pour qualifier les progrès.

Entraînement Fonctionnel ou kinésithérapie

L’objectif n’est en aucun cas le remplacement du corps médical. Les entraîneurs, préparateurs physiques et coaches sportifs n’ont pas les compétences pour soigner. Par contre, s’offrir une détection précoce des dysfonctionnements mécaniques ou des asymétries permettra une forte réduction des risques de blessures ou des troubles quotidiens.

De même, après l’intervention d’un kiné ou d’un ostéopathe réparant le trouble (tendinopathie, entorse, blessure musculaire, blocage articulaire, réhabilitation chirurgicale, résolution de problèmes oculaires, etc.), cette manière de travailler évitera ou résoudra les déséquilibres, inévitables à moyens ou longs termes.

Les tests fonctionnels

Les tests seront classés en fonction de la comparaison entre les côtés droite-gauche et la capacité d’exécution d’un mouvement dans son ensemble. Les appréciations de la qualité et de la fluidité seront également importantes.

Au final, la mise en place de ces tests couplés avec une stratégie d’amélioration des mouvements permet une approche prophylactique (prévention des blessures) et une amélioration de la souplesse et de la stabilité. Ces dernières citées pourront alors être développées pour améliorer les performances, servant de base à la force et à la puissance.

L’amélioration des schémas moteurs fonctionnels est donc une préparation physique avant la préparation physique, le programme de réathlétisation nécessaire après une blessure ou une opération.

A qui s’adresse ce livre et donc l’entraînement fonctionnel ?

La lecture de ce livre et donc l’application de l’Entraînement Fonctionnel cible 100% de la population française que ce soit dans un but professionnel (prévention), sportif (préparateurs physique ou entraîneurs) ou de bien être (réduction des douleurs quotidiennes).

l’Entraînement Fonctionnel a montré (en Amérique du nord notamment) qu’il est tout à fait capable de remédier à un très grand nombre de douleurs récurrentes, de blessures apparemment ingérables (liées au hasard !). Le sport aussi a montré ses bienfaits dans le domaine de l’entreprise (augmentation de la productivité, baisse des absences).

Cible compétition

Les clubs de sports et entraîneurs

l’Entraînement Fonctionnel est la cible prioritaire des préparateurs physiques, entraîneurs, clubs sportifs et salles de remises en forme.

Il est socialement important, voir vital, que les professionnels du sport prennent conscience de leurs obligations et des immenses possibilités qui s’ouvrent à eux.

Combien de tests cohérents (en dehors des performances pures et de la capacité à faire un geste d’entraînement) les salles de remises en forme pratiquent-elles ? Pourtant, le premier objectif des adhérents est la santé (source Anses). L’intérêt de proposer directement des cours collectifs ou l’usage de machines guidées sans évaluation des déséquilibres et des asymétries des adhérents peut se poser.

Combien de clubs de sport observent les limitations fonctionnelles des nouveaux adhérents ? Pourtant ils pratiquent tous (ou presque) des tests physiques de performance !

Que vaut une performance si le fonctionnement du corps n’est pas optimal ? Rien ! Elle est sous-évaluée et surtout potentiellement dangereuse : l’orientation et la détection des sportifs en clubs de sport ne prenant en compte que des qualités sportives est la porte ouverte aux graves blessures mais aussi aux erreurs d’orientation. Le parcours client/adhérent ou fédération/athlète doit intégrer cette évaluation !

Les sportifs

L’Entraînement Fonctionnel intéressera aussi les sportifs, qui sont pour la grande majorité exclusivement axés sur la performance. Ils comprendront alors l’importance de l’amélioration générale du physique prolongeant la carrière sportive, réduisant les défauts souvent apparentés à une génétique irrécupérable, diminuant les blessures (progression optimisée par une plus grande assiduité à l’entraînement). L’optimisation du potentiel par cette démarche amènera à une optimisation des performances pures.

Les non-compétiteurs

Les sédentaires, les sportifs loisirs et les personnes souffrant régulièrement de troubles physiques (maux de dos, tendinites, raideurs quotidiennes, etc.) sauront tirer profit de ce type de pratique sportive.

En effet, le fonctionnement de l’organisme se dérègle naturellement en compensant par des postures incorrectes, des douleurs passagères, des gestes douloureux. Si ces compensations ne sont pas détectées, elles s’autoalimentent pour produire des douleurs chroniques, amplifiant ou accélérant les problèmes articulaires, les blessures bénignes (lombalgies, syndrome rotulien par exemple).

La vie professionnelle devenant particulièrement répétitive (postures longues devant un ordinateur, téléphone vissé à l’oreille, gestes répétitifs) est nécessairement génératrice de ces troubles : Les TMS (Troubles Musculo-Squelettiques). Ces TMS sont responsables de la plupart des blessures et des douleurs du quotidien (voire de beaucoup de maladies, type dépressions, névralgies…).

Les entreprises

De même, les entreprises font nécessairement partie de la cible de l’Entraînement Fonctionnel. Les TMS sont la première cause des arrêts de travail en France (85% en 2010). Ils correspondent à l’une des principales causes de démotivation et d’absentéismes répétitifs, baissant ainsi la productivité. Ils sont également le premier poste de dépense de la santé professionnelle provoquant ainsi une augmentation des charges patronales.

C’est pourquoi le Plan Santé-Travail (2010-2014) place la lutte contre les TMS en première position. Des entreprises pilotes (Michelin, Toyota, Mobalpa, hôtel Lutetia à Paris) ont montré la grande potentialité de proposer une activité physique à leurs employés. Les bénéfices humains (plus grande cohésion comparée à un stage de cohésion) et financiers (diminution des coûts) ont été démontrés. Ajoutez-y le coût de l’Intérim et de la formation pour les remplacements d’arrêts de travail, l’équation financière est simple à comprendre. Tellement simple qu’une rencontre entre le Medef et le CIO (septembre 2012) a débouché sur un accord visant à promouvoir l’activité physique au sein des entreprises.

Entreprise Agroalimentaire et exploitations agricoles, commerce, métallurgie, BTP, habillement, imprimerie, industrie pharmaceutique, services aux entreprises et à la personne… les TMS touchent tous les secteurs d’activité sans distinction et concernent toutes les entreprises, quelle qu’en soit la taille.

Post blessure ou post-opératoire

Les personnes ayant eu une correction (prothèse articulaire, semelles orthopédiques, chirurgie réparatrice voir correction de la vue à l’aide de lunettes) seront également intéressées par l’entraînement fonctionnel.

En effet, chaque intervention, chaque modification sur le corps implique une correction naturelle des schémas moteurs et de la coordination. Ces corrections amèneront obligatoirement à des déséquilibres.

A termes, ces déséquilibres, provoqués par des gestes répétitifs ou le maintien de positions statiques longues, dégénéreront très probablement en troubles musculaires ou articulaires (mal de dos, migraine avec nuque raide, sciatiques…).

Et la médecine ?

Enfin, les professionnels de la santé (chirurgiens, kinésithérapeutes, ostéopathes, podologues, orthopédistes, dentistes) pourront aussi largement bénéficier des notions de mouvement primaire.

En allant exclusivement à la remise en état d’un fonctionnement ‘normé’ des différentes parties du corps, la politique actuelle de la santé génère de futures dépenses. La prévention et surtout le rééquilibrage du fonctionnement de l’organisme n’est pas possible par leurs interventions (non remboursement, réduction drastique du nombre de séances de rééducation). Vos patients, bien que soignés, ne sont pas complètement opérationnels et risquent des rechutes, des déséquilibres provenant de vos interventions.

C’est donc le rôle des préparateurs physiques, des coaches que de les prendre en main à l’aide de vos indications pour re-fonctionnaliser vos patients.

La démarche de ce livre sur l’Entraînement Fonctionnel

Plus que des outils, Nous essayons d’apporter un mode d’emploi pour utiliser l’Entraînement Fonctionnel.

Le contenu de ce livre n’est pas une simple liste de tests et d’exercices à proposer pour améliorer la mobilité.

La démarche est clairement de former les lecteurs pour comprendre et adhérer à la démarche de l’entraînement fonctionnel (Functional Training chez nos amis anglo-saxons). Les ouvrages et références en matière de tests fonctionnels sont rares et presque exclusivement disponibles dans la langue de Shakespeare. L’accessibilité est donc difficile pour la plupart de nos concitoyens.

Les sources des tests fonctionnels

Ainsi, en prenant appui sur ce qui fonctionne outre-Atlantique (Functional Movement Screening™, SEBT™, Applied Functional Science™, Physical Solutions, etc.) et en les personnalisant, vous pourrez produire vos propres tests et surtout propres programmes de préparation physique préalable (réathlétisation, normalisation de la mobilité…).

Quels tests fonctionnels ?

Vous trouverez, dans ce livre, une batterie de tests permettant à l’évaluateur d’avoir une impression claire des qualités fonctionnelles de mouvements du testé. Ils sont conçus pour mettre en évidence les points forts et les points faibles des chaînes cinétiques et ainsi révéler les défauts et les compensations potentiels.

Les tests sont :

  • Facilement reproductibles.
  • Peu gourmands en équipement.
  • Conçus sur la base des séquences des mouvements primaires.
  • Applicables à tous les groupes d’âge et à tous les niveaux.

Domaine d’application

Les variations des tests décrits sont celles utilisées dans la réadaptation et la remise en forme. L’objectif est que l’évaluation fonctionnelle devienne monnaie courante dans ces domaines.

Comment utiliser les tests fonctionnels ?

Après l’exécution des tests, l’analyse des dysfonctionnements pourra être entreprise non pour quantifier, mais pour qualifier des déséquilibres, des ruptures de fonctionnalités. L’objectif de l’entraînement fonctionnel vise un amoindrissement de ces derniers, au travers une reprogrammation neuromusculaire et non une rééducation chiffrée (réservé au domaine médical).

Soyez logique dans votre démarche

Lorsque l’analyse est faite, le choix des exercices et des séances sera présenté de manière à permettre un travail logique : Du plus urgent/dangereux pour le fonctionnement vers le moins problématique.

Pourquoi ? La plupart du temps, les différents déficits découlent d’une cause commune qui provoque des effets en cascades (le célèbre effet papillon). Remédier à cette cause résout ainsi de nombreux aspects visibles lors de l’évaluation dynamique initiale. Rechercher la cause principale et travailler dessus simplifie la problématique.

Ensuite, lors de réévaluations, seuls les dysfonctionnements distincts réapparaissent. Ces dysfonctionnements seront alors à travailler. Le gain de temps et d’efforts est ainsi considérable.

L’Entraînement Fonctionnel et le sport

Finalement, vous découvrirez comment insérer le Functional Training dans l’entraînement :

  • soit dans un but de réhabilitation : certains déséquilibres, tellement ancrés, nécessiteront de les travailler indéfiniment pour éviter qu’ils ne réapparaissent à la première occasion,

  • soit en prévention, notamment lorsque l’activité à l’origine des déficits ne peut être modifiée ou stoppée ou quand le sport est asymétrique comme le tennis.

Vous pouvez vous procurer le livre  : Entraînement Fonctionnelcovertureebook (1)

A lire également... :