Bains d'eau glacée, interêts et limites

Vous n’avez certainement pas pu échapper à l’utilisation de bains d’eau glacée.

Cette méthode est principalement utilisée dans un objectif de récupération. Cependant celle-ci peut être utilisée pour d’autres objectifs. De nombreuses études, parfois contradictoires, se sont déjà portées sur les intérêts de cette méthode.

Faisons un point.

Pendant la compétition :

Il est bien connu que la performance sportive diminue lorsque la température ambiante est élevée. Il semblerait que refroidir son corps avant l’effort permette d’optimiser les performances (Refroidir son corps après un premier effort s’accompagne d’une meilleure performance au cours d’un effort subséquent dans un environnement chaud).

Enfin, les athlètes effectuant des efforts répétés en puissance et en vitesse, pourraient retarder l’épuisement musculaire et ainsi augmenter leur temps d’effort et améliorer leur performance grâce à cette méthode (La récupération active et l’immersion en eau froide permettent de retarder l’apparition de signes de fatigue musculaire chez des grimpeuses entraînées).

Après la compétition :

Une immersion du visage permettrait une meilleure récupération cardiaque et de retrouver des valeurs normales plus rapidement après l’effort (Influence of cold water face immersion on post-exercise parasympathetic reactivation – Eur J Appl Physiol. 2010 Feb).

Une accélération de la restauration de la capacité anaérobie semblerait résulter de l’immersion en eau froide (La récupération par l’immersion eau froide/eau chaude accélère la restauration de la capacité anaérobie chez le sportif élite).

Mais le sportif va principalement retenir les effets de cette méthode sur les douleurs liées aux courbatures. En effet, l’exercice physique provoque des micro-traumatismes au niveau de fibres musculaires. Ceux-ci sont à l’origine du processus de reconstruction des fibres et de l’amélioration du niveau de force. Il semble que l’immersion en eau froide soit une solution intéressante pour atténuer ces douleurs (A Comparison of Post-Match Recovery Strategies in Youth Soccer Players – Journal of Strength and Conditioning Research 2009 Aug).
Cependant, si les sensations de douleur sont diminuées, l’immersion en eau froide, même répétée, ne diminuerait pas les microtraumatismes et n’accelerait pas le processus de reconstruction (The effects of multiple cold water immersions on indices of muscle damage – Journal of Sports Science and Medicine 2008)

De ce fait, son utilisation ne doit pas être systématique et quotidienne.
Enfin, il apparait que les effets de l’immersion en eau froide sur la récupération de la fatigue liée aux efforts aérobie pourraient être limités. Les méthodes par contraste de température sembleraient plus appropriées dans ce cas.

Il est possible qu’une utilisation complémentaire et planifiée des deux méthodes dans le temps soit pertinente.