,

L’atterrissage lors d’un exercice de pliométrie

Pourquoi se soucier de la position du pied lors de l’atterrissage d’un exercice de pliometrie ?

En haut, ce que l’on observe chez le débutant : contact sur l’avant du pied avec une contrainte plus importante sur les structures, pas de preflex, donc pas de restitution, conséquences sur l’organisation au niveau hanche et genou (encore moins de restitution), et,enfin, avez vous déjà vu un sportif poser le pied ainsi lors de ses déplacements ?

En bas, est ce qu’il faut observer/obtenir (pour les raisons citées précédemment)

,

Pourquoi votre programme spécial détente verticale est une escroquerie

La corrélation entre performance lors d’un test de détente verticale et les performances de vitesse (changement de direction et agilité réactive), ainsi que les performances dans le jeu sur le terrain est loin d’être certaine. Ce n’est pas parce que vous sautez haut lors d’un test de détente verticale que vous allez automatiquement être rapide ou performant dans le jeu. Non, non, n’essayez pas de faire un raccourci, de me dire que c’est évident que si et que pourtant blablablabla…. ! Trouvez-moi des faits prouvés (comprendre études scientifiques), entre les tests de détente verticale et des situations de vitesse multidirectionnelle réactive (j’insiste sur le réactif !!). Bonne chance !

vertical-jump

Malgré tout, les sportifs ont toujours voulu impressionner les entraîneurs. Surtout lors des tests physiques. Surtout car l’entraîneur décide qui est sur le terrain, ou pas. Donc quand l’entraîneur fait des tests, il faut être bon dans les tests. C’est pourquoi de nombreux joueurs cherchent à améliorer leur détente verticale. Vous pouvez ainsi trouver et télécharger de nombreux programmes d’entraînement “spécial détente” déjà tout prêts. C’est magique, il n’y a qu’a suivre le programme !

Tellement magique que c’est comme croire au Père-noel !

Le profil Force-vitesse, est une mesure de vos qualités musculaires. C’est-a-dire, savoir si vous êtes plus efficace pour produire un haut niveau de force (à vitesse lente), une vitesse élevée (à faible force), ou bien avec un profil “équilibré”.

Quel lien avec la détente verticale ? Simple : il existe un profil Force-vitesse optimal théorique qui vous permet de sauter le plus haut possible.

Si vous ne connaissez pas votre profil, vous ne pouvez pas le comparer avec le profil optimal théorique et donc vous ne pouvez pas savoir ce qu’il vous faut travailler : force ou vitesse ?

Prenons un cas concret avec le graphique ci-dessous, une mesure d’un profil F-v.

profil force vitesse

Un déficit de force maximale (à gauche) est identifié en comparaison avec le profil optimal théorique. Si le programme propose principalement des efforts à haute vitesse (vers la droite), ou de puissance (au milieu), ou un peu de tout, votre entrainement ne sera pas le plus efficace possible. Voir pas efficace du tout.

Cela veux dire que vos exercices de pliometrie tout mignons ou votre beau cycle de stato-dynamique n’aura pas d’effet positif sur votre détente.

Donc, comment un programme “spécial détente” tout prêt à télécharger peut-il correspondre à votre besoin et être efficace ? Réponse : la chance, le hasard.

Outre la question du profil F-v, comment faire des recommandations sur les exercices à utiliser sans rien connaître de l’historique des blessures, douleurs, ou bien encore de la période dans l’année et du planning des compétitions ?

C’est comme vouloir un diagnostique du médecin, mais sans RDV. “Vous avez mal à la tête ? Mettez cette pommade anti-inflammatoire sur votre genou. Ça va peut-être faire effet !”.

Les sportifs sérieux connaissent l’importance des évaluations et de l’individualisation de l’entraînement qui doivent en découler.

 

, , , , ,

Conseils réduction des risques de blessures – Episode 3

Nouvel épisode de conseil préparation physique :

1/ Ne sortez plus jamais sans votre bâton de massage
Si votre sport implique la saisie d’un objet (balle, raquette) ou de l’adversaire, il est probable que les douleurs aux avant-bras soient courantes.
N’hésitez donc pas à vous auto-masser les avant-bras avant les séances d’entraînement avec un baton de massage :

triggerpoint-grid-stk-web2

Surtout avant l’utilisation de barres et haltères. Cela devrait aider à réduire ces douleurs ainsi que les risques de blessures à long terme.

2/ Souvenez vous des ninjas ou des enfants
Lorsque vous utilisez des exercices pliométriques avec emphase sur la partie excentrique, l’objectif est d’amortir l’atterrissage. Pour facilement retenir l’idée, chercher à faire comme les ninjas ou les enfants sages : on peut vous voir mais on ne doit pas vous entendre.

3/ La mobilité est N°1 chez les jeunes sportifs
Si l’on recherche le développement à long terme, l’objectif N°1 est la mobilité. Un manque de mobilité entraîne trop de compensation dans l’exécution des mouvements fondamentaux. Donc à terme l’intégration de mauvais schémas moteurs.
Le manque de mobilité de la chaîne postérieure est très fréquent. Testez cette étirement actif.

 

, ,

A LIRE : L’haltérophilie au service de la préparation physique et de la performance sportive

La relation des sportifs et des préparateurs physiques ou des entraîneurs avec l’haltérophilie est souvent complexe. Soit on ne jure que par ce sport et ses mouvements (épaulé, arraché, jeté), soit on en a peur car on juge l’activité trop complexe.

Il manquait un livre sur le sujet et c’est ce que nous livrent Olivier Maurelli, Bruno Parietti, et Marc Vouillot (3 références).

Autant le dire tout de suite, j’ai plutôt apprécié le livre. Ceci pour plusieurs raison :

 

1- On parle bien de mettre l’haltérophilie “au service” de la préparation physique. Pas d’envie de transformer tout le monde en utilisateur unique et exclusif d’un matériel ou d’une méthode : kettlebell, élastique, TRX.

L’haltérophilie est un outil, comme ceux précédemment cités.

 

2- Les auteurs partent du principe que tous les sportifs qui utilisent l’haltérophilie ne disposent pas toujours des pré-requis à la réalisation des mouvements : mobilité et stabilité.

Ils proposent donc quelques exercices pour commencer à résoudre ces problèmes.

 

3- Des progressions sont proposées pour apprendre les exercices. Perso, je pense que c’est à cela que l’on reconnaît quelqu’un qui maîtrise son sujet : il est capable de décortiquer une situation complexe en exercices simples et adaptés au niveau.

 

4- Des remédiations sont proposées selon les morphologies. Car non, tout le monde n’est pas idéalement fait pour réaliser un arraché depuis le sol.

 

5- Un guide pour l’intégration des mouvements d’haltérophilie dans le développent à long terme de l’athlète. Idéal, car plus tard, il est parfois difficile de trouver le temps pour enseigner ces mouvements.
Bref, plutôt une bonne lecture, que l’on utilise déjà ou pas encore l’haltérophilie pour la préparation physique.

Vous pouvez vous procurer “L’haltérophilie au service de la préparation physique et de la performance sportive” directement :

>>ICI<<

Retrouvez mes recommandation de lecture ICI

, , ,

2 situations pour lesquelles j’ai renoncé à utiliser l’haltérophilie

Commençons tout d’abord par dire que je n’ai rien contre l’haltérophilie ! J’ai publié des articles sur mon blog il y a quelques années sur mon utilisation de celle-ci pour la préparation physique de sportifs dans des disciplines nécessitant de capacités d’explosivité ou d’accélération.

Ma philosophie de la préparation physique peut se résumer ainsi :

1/ réduire les risques de blessures à l’entraînement
2/ réduire les risques de blessures en compétition
3/ améliorer les qualités physiques

Mon objectif n°1 est principalement la sélection des exercices et méthodes adaptés à la situation.
Récemment, 2 situations m’ont ainsi amenées à abandonner l’utilisation des mouvements d’haltérophilie au profit d’autres méthodes de développement de la puissance musculaire.

Voici lesquelles :

1/ Depuis cet été j’interviens auprès d’un club de handball féminin de D2. Être capable de sauter ou d’accélérer est une nécessité. L’haltérophilie semble donc idéale.
Lire la suite

, , ,

4 conseils pour l'aspirant préparateur physique de sportifs de haut-niveau

Je reçois très régulièrement des e-mails d’étudiants ou de personnes en pleine réflexion sur une réorientation professionnelle, avec la même question : comment faire pour devenir préparateur physique de sportifs de haut-niveau ou pros ? 

Je n’imagine pas une seule seconde être le seul préparateur physique présent sur internet (blog ou réseaux sociaux) à recevoir ce type de message. J’imagine d’ailleurs à peine le nombre bien plus important d’e-mails que doivent recevoir les PP avec plus de réputation tels qu’Olivier Bolliet et Aurelien Broussal-Derval ! 

Je vais, en toute humilité, vous partager et développer un peu la réponse que je fais dans 95% des cas. Je suis encore jeune (36 ans !) et je ne pense pas avoir toute l’expérience et toutes les réponses du monde :  

Lire la suite

, ,

Musculation – Soulevé de terre : quel exercice choisir en fonction de ses objectifs ?

Choisir les bons exercices pour développer les bonnes qualités est aussi important que le choix de la méthode.

Spécialement en musculation où l’on oublie souvent d’entraîner des « mouvements » au profit de l’entraînement des muscles (A lire sur le blog de Fred Henderson : Muscle Vs Mouvement).

Personnellement, j’utilise le FMS pour m’aider à choisir la progression de mes exercices.

active-straight-leg-raise

Par exemple, pour travailler les extenseurs de la hanche, on ne va pas proposer les mêmes exercices à une personne très souple de la chaîne postérieure et à une autre très peu souple. Le FMS m’aide à établir une ligne entre « OK » et « à risque ».

Soulevé de terre barre droite ou barre hexagonale ?

Vient ensuite la question du retour sur investissement. Quelle utilité de passer beaucoup de temps à réaliser un exercice, certes peu risqué, mais qui ne produit pas de gains de force ou de puissance ? Aucun exercice n’est obligatoire. Ce qui est obligatoire c’est d’être meilleur sur le terrain.

Lire la suite

, ,

5 thèmes pour votre préparation physique d'intersaison

Je le répète souvent : l’intersaison et la hors saison sont des périodes formidables pour les préparateurs physiques.

Ce sont des périodes lors desquelles il est possible d’individualiser énormément le programme d’entraînement. Mais également d’augmenter le volume et l’intensité de la préparation physique.

Ceci a pour effet de provoquer des réactions surprenantes chez certains sportifs à l’idée d’être 1 ou 2 fois par jour et 5 à 6 jours par semaine entre les mains du préparateur physique !

pas-content

Et pourtant ! Loin des compétitions et loin des objectifs de votre club, c’est l’occasion idéale de penser à vous. Tout le monde n’a pas les mêmes lacunes, faiblesses et donc besoins. Passée  la période de repos indispensable entre deux saisons, il faut mettre à profit l’opportunité qui s’offre à vous de revenir encore meilleur lors de la reprise avec votre club.

Il existe plusieurs thèmes. Je vous conseille de fonctionner par “chek box” : besoin ? ou pas besoin ? Ce limite t-il ma performance ?

Médical

C’est un point sur lequel il faut être intransigeant. Des problèmes médicaux récurrents sont un obstacle à une longue carrière sportive. A tous les niveaux de compétition. Vous ne pouvez pas vous représenter à la reprise blessé. Trouvez médecin et kiné d’expérience et agissez !

Évaluations et tests physiques

Difficile de connaître ses faiblesses et ses besoins sans une série d’évaluations et de tests physiques. La liste des possibilités est longue : qualité de la course (longueur, fréquence, symétrie et régularité des appuis, instabilité, chocs pathogènes), évaluations fonctionnelles du mouvement (telle que le FMS), tests d’accélération, vitesse, puissance, explosivité, force.

Évaluation VMA, PMA, VO2max, FC grâce à des tests d’effort (vélo, tapis), tests continus ou intermittents (Yo-Yo, leger, 30-15 FIT), etc.

evaluations-physiques-physiologiques

Qualités neuromusculaires

Nous savons que le développement de la force a un impact positif pour les sports demandant de la vitesse et de l’explosivité. Mais également pour l’économie de course dans les sports d’endurance. Le développement de la force devrait être votre objectif si ces qualités physiques vous font défaut.

Qualités énergétiques

Vous aviez des difficultés à maintenir vos performances en fin de rencontre ?

Vous étiez à la peine lors de la fin de saison ou lors des périodes denses de compétition ?

Le développement des qualités énergétiques vous aidera également à supporter la demande physique lors de la reprise avec votre club.

Vitesse

Dans de nombreux clubs, l’entraînement de la vitesse se résume à des sprints entre plots. Des capacités d’accélération, de décélération et de changement de direction sont indispensables dans de très nombreux sports. Sans oublier les aspects techniques liés à ces phases et leur importance pour la réduction des risques de blessures.

seminaire-vitesse-lsa-2014

 

Avec des préparations physiques en club de plus en plus courtes, il devient de plus en plus difficile de développer des compétences physiques. Face à ce constat, de juin à juillet, la Lisses Sport Académie propose de nombreuses solutions pour les sportifs souhaitant profiter de l’intersaison pour améliorer leurs qualités physiques grâce à son expertise et l’expérience de ces préparateurs physiques :

,

Etre en “forme” : deviner ou évaluer ?

Les mois d’avril, mai et juin sont toujours des mois particuliers pour moi. Cette période correspond aux fins de saison dans de nombreux sports collectifs. C’est donc la période lors de laquelle je reçois régulièrement des demandes de préparation physique en hors saison.

Que l’on évolue au niveau amateur ou professionnel, de plus en plus de compétiteurs cherchent à profiter de l’intersaison pour faire passer leur niveau de performance à un niveau supérieur. Notamment grâce à un programme de préparation physique.

La majorité des demandes que je reçois pourraient se résumer ainsi : je veux être en forme pour la reprise avec mon club.

Etre en forme ?

Je vais être honnête : je ne sais pas ce que veux dire “être en forme”. Demandez à 10 personnes et vous obtiendrez 10 réponses différentes. Les réponses seront encore plus différentes selon le sexe, l’âge ou le sport pratiqué. Enfin, pour être complet, la réponse devrait être également différente selon le poste joué. On ne demande pas les mêmes qualités physiques selon les postes de jeu et donc les rôles sur le terrain.

Lire la suite