Archives de catégorie : Prévention des blessures

Aucune association entre la perception de l’effort et la durée de la session avec la survenue d’une blessure aux ischio-jambiers dans le football professionnel

Une nouvelle étude montrant que le suivi de la charge d’entraînement basée sur le RPE ne peut pas être utilisée pour évaluer le risque de blessure au football. Déjà en 2017 certains auteurs avertissaient que le RPE est un outil subjectif et est donc affecté par des facteurs contextuels.

L’étude en question porte sur les blessures, mais pourrait concerner la capacité de performance.

A mon sens ce qu’il faut retenir de ce type d’étude est que, ni les outils de mesure de la charge externe (GPS, séries/reps/tonnage), ni les outils de mesure de la charge interne (FC, RPE), ne peuvent seuls être utilisés pour quantifier la charge d’entraînement. Chacun nous donne des informations pertinentes et une perspective sur la charge d’entrainement.

C’est la raison pour laquelle en pratique les préparateurs physiques font le choix d’utiliser les 2 en même temps. Nous avons tous fait le constat sur le terrain qu’une même séance prévue (charge externe), pouvait être perçue ou vécue très différemment selon les sportifs (charge externe) et produire des effets également très différents sur la capacité de performance des sportifs.

Références : 

  • Lolli, Lorenzo & Bahr, Roald & Weston, Matthew & Whiteley, Rodney & Tabben, Montassar & Bonanno, Daniele & Gregson, Warren & Chamari, Karim & Di Salvo, Valter & van Dyk, Nicol. (2019). No association between perceived exertion and session duration with hamstring injury occurrence in professional football. Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports. 10.1111/sms.13591. 
  • Nassis, George & Maxime, Hertzog & Brito, João. (2017). Workload Assessment in Soccer: An Open-Minded, Critical Thinking Approach is Needed. The Journal of Strength and Conditioning Research. 31. e77-e78. 10.1519/01.JSC.0000522116.12028.06. 
  • Bourdon, Pitre & Cardinale, Marco & Murray, Andrew & Gastin, Paul & Kellmann, Michael & Varley, Matthew & Gabbett, Tim & Coutts, Aaron & Burgess, Darren & Gregson, Warren & Cable, Nigel. (2017). Monitoring Athlete Training Loads: Consensus Statement. International Journal of Sports Physiology and Performance. 12. 161. 10.1123/IJSPP.2017-0208. 

A lire : Becoming a Supple Leopard – Le guide ultime pour diminuer les douleurs, prévenir les blessures et optimiser la performance sportive

Si vous êtes un lecteur assidu du blog, vous devriez avoir lu certains publication sur les évaluations du mouvement (screen – filtre) et la réathlétisation. Mon intérêt pour ces sujets remonte à mes premières années d’entraîneur et de préparateur physique, et à mes propres luttes pour maîtriser certains exercices. Quoi qu’il en soit, depuis plusieurs années Kelly Starrett, qui semble avoir pris d’assaut le domaine du crossfit, et, avec la popularité de ce sport, a également étendu son influence au delà. C’est donc logiquement de j’avais lu son livre Becoming a Supple Leopard – Le guide ultime pour diminuer les douleurs, prévenir les blessures et optimiser la performance sportive – traduit depuis en Français par les éditions 4 Trainer.

Qui est Kelly Starrett?
Extrait de son blog: Kelly Starrett est un entraîneur, un thérapeute physique, un auteur, un orateur et un créateur de ce blog, qui a révolutionné la façon dont les athlètes pensent du mouvement humain et de la performance sportive. C’est un Chiropracteur de formation. Ceci expliquant certainement sa vision de la mobilité et du mouvement humain.

De quoi parle le livre?

Selon Kelly Starrett, les blessures et les douleurs sont dues à un dysfonctionnement du mouvement. Sur cette proportion, 2% sont dus à une pathologie (cancer ou quelque chose de grave) et à des blessures catastrophiques, comme se faire renverser par une voiture, etc. Mais 98% du dysfonctionnement est dû à une amplitude de mouvement manquante et à un déplacement dans une mauvaise position (comme le dos arrondi et les épaules arrondies, les pieds retournés, etc.).

Le livre vise donc à corriger ces dysfonctionnements du mouvement et donc à prévenir / traiter la douleur et les blessures.

Cette approche est-elle révolutionnaire? La présentation du livre indique qu’il s’agit d’une approche révolutionnaire. Et Kelly Starrett écrit dans le livre «Est-ce que ce que j’enseigne est radicalement nouveau? Oui et non.”

Je dirais plutôt “non et non”.

Ces concepts entourant les blessures / douleurs causées par une posture et un mouvement incorrects ou sous-optimaux remontent aux années 1950. Le concept de posture-douleur a été popularisé par Florence Kendall et les dysfonctionnements du mouvement par Shirley Sahrmann. Récemment, Gray Cook a introduit cette ligne de raisonnement dans le domaine de l’entraînement avec son FMS.
La majorité des personnes discutant de ce sujet ne font que régurgiter leur travail. Le plus important, c’est que ces concepts reposent uniquement sur cette biomécanique de la douleur/blessure, très localisée, s’attachant principalement à un rapport agoniste/antagoniste.

Starret décrit essentiellement son approche dans “Devenir un léopard souple” autour de plusieurs concepts de base. Commençons pas 2 points à mon sens négatifs.

1/Evaluation du mouvement
Cela reste le talon d’Achille de Kelly Starrett, à mon avis. Il n’existe pas de système, ni d’approche systématique pour le “screening” des athlètes lors de la prescription d’un programme d’entraînement ou de préparation physique, ni pour un patient en rééducation. Pour évaluer le mouvement, il n’existe pas de protocole standard permettant de commencer avec un mouvement spécifique, puis de progresser. C’est comme si tout le monde devait être capable tout faire, sans distinction des spécificités anthropométriques et des stratégies motrices.

2/Stabilisation et organisation
Encore une fois, rien de nouveau. Cela signifie simplement s’assurer d’avoir une colonne vertébrale stable / neutre et ne pas arrondir / allonger le dos. Je pense que cela ne choquera pas grand monde. Puis vient la notion de posture parfaite, debout comme assis.
La, c’est le drame. Il vous prend littéralement la main et vous ramène aux âges sombres de la rééducation des années 1950, lorsque nous pensions que la douleur venait d’une mauvaise posture et des mouvements, puis des articulations et des tissus.
Cependant, il y a des milliers de personnes qui ont une mauvaise posture et ne ressentent aucune douleur. Il y a des milliers d’athlètes qui courent avec un mauvais mouvement et aucune douleur. Leurs capacités sont tout simplement supérieures aux contraintes.

Passé les points douloureux pour le livre, passons ou points, à mon sens, positifs.

3/Besoin de mobilité
Mon expérience dans l’accompagnement de sportifs de tous âges et dans ne nombreux sports différents me fait partager le même constat que Starrett. Celui que la très grande majorité de la population, peu importe son niveau de pratique, manque de mobilité. Force, vitesse ou encore endurance sont souvent mis en avant dans les programmes d’entraînement et de préparation physique. Hormis dans les sports artistiques, la mobilité ou la souplesse sont rarement des sujets de préoccupations. Juste l’objet de quelques recommandations d’étirements passifs. Ce qui, nous le savons, améliore juste la tolérance à l’étirement. Pas l’amplitude des mouvements. De plus, nous avons également qu’il n’y a pas de transfert des gains en souplesse vers les mouvements complexes. Donc avoir différents outils ou méthodes à utiliser selon les contextes est toujours intéressant.

4/ Becoming a Supple Leopard – Le guide ultime pour diminuer les douleurs, prévenir les blessures et optimiser la performance sportive contient beaucoup d’exercices de mobilité et principalement beaucoup de relâchement myofascial. Principalement pour améliorer l’amplitude de mouvement et réduire la douleur. Ces techniques de mobilisation / floss sont utilisées depuis des années (principalement par Brian Mulligan). La question est donc de savoir s’ils sont bénéfiques? Réponse courte : ça dépend !
Tout d’abord nous n’avons aucune preuve solide qui montre que nous pouvons prévenir ou prévoir les blessures. Dans certains cas, ces techniques de mobilisation peuvent aider à améliorer l’amplitude de mouvement et réduire la douleur. J’aime la façon dont Kelly encourage la personne à jouer un rôle actif dans sa rééducation plutôt que de tomber dans un traitement passif dépendant du thérapeute. Cependant, si vous avez une douleur persistante ou chronique, là nous avons un problème. Il est plus que probable que ces exercices ne vous procurent qu’un soulagement temporaire, car vous n’avez pas traité l’origine.
Rappelez-vous, ces techniques de mobilisation existent depuis des années et ne se sont pas révélées plus efficaces dans le traitement de la douleur persistante que d’autres techniques.

Le livre est parfait si on l’aborde dans le domaine des blessures légères et athlétiques, de la bonne forme, et que garde en tête qu’il reste éloigné du traitement ou de la prévention de la douleur dans sa globalité.
Ceci étant dit, le livre est très bien présenté et il est aisé de se rapporter à des mouvements et des articulations précises et de trouver un routine prophylaxique s’y rapportant.
Mais ces exercices ne font que vous ouvrir des opportunités ou maintenir les articulations et tissus “en fonction”. Rien de se passe sans mouvements et sans force. Pour résumer, un livre très pratique avec des recettes déjà toutes faites.

Le livre Becoming a Supple Leopard – Le guide ultime pour diminuer les douleurs, prévenir les blessures et optimiser la performance sportive est disponible ICI ou en cliquant sur l’image ci-dessous.

Les avantages du Functional Movement Screen (FMS) peuvent-ils être sur-vendus par certains professionnels ?

Un entraîneur, un préparateur physique ou un thérapeute vous a-t-il passés au crible pour détecter le risque de blessure et les dysfonctions ou limitations sur les mouvements de bases? L’évaluation du mouvement fonctionnel (FMS pour Functional Movement Screen) est un ensemble de sept tests physiques de coordination et de force, en particulier la force «primaire», inventé en 1997 et maintenant largement utilisés dans le monde entier. Il a été proposé à l’origine comme système de détection des anomalies, dont le nom ne précise pas directement sa fonction: c’est un «filtre» (screen).

Cependant son utilisation dans la pratique semble aller au-delà de cet objectif déclaré.

La plus courante critique faites au fil des ans au FMS est le manque de recherche pour soutenir son l’utilisation. Même si de plus en plus de recherches sont en train de devenir disponibles en ce qui concerne sa portée et son efficacité, je suis pas si sûr que les preuves disponibles à ce jour soient convaincantes – nous y reviendrons. Mais depuis ses début, le FMS s’est développé comme si ses pouvoirs étaient prouvés. Certains pense que le marketing à fait la différence. Mais peut-être à t-il été là au bon moment pour répondre à un besoin de terrain des préparateurs physiques et kinésithérapeutes – c’est déjà beaucoup. Enfin combien de méthodes et de formations populaires, reconnues et utilisées n’ont jamais été validées scientifiquement ?

ll ne s’agit pas d’un examen approfondi du FMS en tant que tel, mais une réflexion sur l’utilisation abusive de ce dernier en tant que moyen de diagnostiquer le sportif ou le patient moyen. Cependant, ces préoccupations ne jettent pas un doute sur la validité du FMS uniquement, mais sur la notion beaucoup plus large d’exercices correctifs, qui nécessitent des problèmes à corriger, tels qu’une faiblesse essentielle ou une «mauvaise posture». Si FMS a des problèmes, alors probablement c’est qu’on lui demande de répondre à des questions pour lesquels il n’est pas conçu. Mais plus généralement que tout le monde veut des solutions simples, des recettes, sur ce qui doit être corrigé.

A ce jour, il n’existe aucune étude d’intervention fournissant une base solide pour la détection du risque de blessure à partir de tests du mouvement (screen).

Un «filtre» a une signification particulière dans les soins de santé. Ce n’est pas un outil de diagnostic: c’est juste pour détecter les personnes qui ont besoin d’un diagnostic. C’est un concept courant dans le domaine de la santé (pensez à une «mammographie» ou à un «examen de la prostate») mais pas autant au sport et à la réathlétisation.

Les complexités et l’éthique du dépistage sont normalement débattues dans le cadre de vastes initiatives de santé publique.
Le dépistage est fondamentalement différent du diagnostic, car vous indiquez à des personnes en bonne santé ce pourrait ne pas aller, ce qui augmente le risque réel de nocebo.
La validité des filtres doit être de la plus haute qualité, car vous «étiquetez» les personnes. Nous devrions donc disposer de preuves solides que les personnes seront mieux loties à long terme. Ainsi des personnes mal informées ou mal intentionnées sont partie du principe que quand une personne obtenait un score inférieur au seuil du FMS, ses chances de se blesser devenaient extrêmement élevées. C’était un excellent moyen d’inciter quelqu’un à avoir peur de bouger et de consacrer son temps et son argent à essayer de le réparer avec son coach. Mais était-ce le message obtenu lors du recueil des résultats des tests FMS ?

Néanmoins, c’était une bonne idée d’essayer d’introduire FMS dans le monde de la performance et de la rééducation. Cela aurait été une bonne idée même si ce n’était pas l’intention initiale. Car nous avons vraiment tous intérêt à utiliser un bon “filtre”. Il n’est tout simplement pas clair que FMS soit réellement utilisé de cette façon.
En fait, il semble clair que ce n’est pas le cas.

Le FMS n’est pas officiellement conçu pour évaluer les personnes déjà blessées ou présence de douleur, mais simplement les «limitations» et les facteurs de risque de blessure. Et pourtant, certaines personnes s’entête à vendre FMS à leurs sportifs et patients également comme un «système de diagnostic basé sur le mouvement». Quel que soit son nom, les professionnels diagnostiquent définitivement en fonction du mouvement, d’une manière ou d’une autre. Mais il ne faut pas prendre le FMS, ou n’importe quel “filtre”, pour ce qu’il n’est pas.

Donc, soit il convient changer de nom, soit il devrait en fait être utilisé uniquement comme “filtre” – uniquement pour établir que «quelque chose ne va pas ici» ou «quelque chose qui ne va pas là» – et non pour déterminer ce qui ne va vraiment pas. Mais dans le monde réel, le FMS est souvent présentée comme un outil capable de “détecter” les problèmes biomécaniques et donc de justifier des méthodes d’entraînement ou de traitement permettant de les “corriger”. Contribuant ainsi à la création de la meilleure intervention possible.
Vu comme cela, ce n’est pas un “filtre”, c’est un diagnostic !

Les athlètes et les équipes sportives peuvent fortement investir dans le suivi de conseils fondés essentiellement sur les évaluations FMS. Mais l’objectif principal du filtre est de collecter des informations afin de prendre des décisions en fonction de celle-ci. Surtout pas de sauter sur des conclusions hâtives à propos de choses complexes. Le “screen” n’est que la 1ère étape.

La certification FMS et l’exagération de ses avantages sont également souvent utilisées par les coachs sportifs, préparateurs physiques et thérapeutes pour créer une impression de compétence diagnostique. Chacun cherchant à ressembler toujours plus à l’autres, et vice-versa. Les athlètes et les férus de fitness sont alors souvent des «influenceur» à cet égard.

Il s’agit bien sûr d’un problème général dans l’industrie, mais la certification FMS en est un exemple frappant.

S’agit-il uniquement de cas isolés de marketing de FMS? Peut-être que la formation des praticiens et la certification FMS minimiseraient cette surestimation? Peut-être. Il se peut que certains praticiens du FMS surestiment les revendications du FMS, allant au-delà de l’utilisation prévue…..volontairement !

L’utilisation du FMS comme “filtre” et outil de diagnostic a été particulièrement problématique, car les résultats de tests «normaux» sont bien définis. Un faible score FMS signifie supposément que vous êtes plus susceptible d’être blessé, mais… inférieur à quoi? A quelle population ? Une population de haut-niveau est-elle “normale” ? Il y a t-il des adaptations souhaitables pour une population, mais hors de la norme selon les critères FMS ? Réponse : oui ! FMS a besoin d’une base de référence – voire de plusieurs d’entre elles, pour une variété de populations bien définies. Mais surtout il a besoin de praticiens connaissant les objectifs d’un filtre, ses limitations, ainsi que quand et pourquoi ne pas suivre les règles du FMS.

Pourquoi ? Car les contraintes mécaniques dues à des schémas de mouvements différents n’entraînent pas toujours des microtraumatismes et des blessures. Les tissus ne peuvent-ils pas s’adapter positivement et devenir plus forts, comme tout tissu biologique normal. Les capacités deviennent supérieures aux sollicitations.
Mais également car tous les individus choisissent des stratégies motrices selon une biomécanique qui leur est propre.

Les exercices correctifs peuvent améliorer votre score à des tests tels que le FMS, mais cela n’a pas nécessairement un impact positif sur la performance sportive. Pour certain l’objectif devient d’obtenir un bon score FMS. Mais ce n’est pas le bon l’objectif !

Vous allez à présent vous demander : Ceci signifie t-il que le FMS, ou n’importe quel autre “screen” est sans intérêt ?
Encore une fois la question est mal posée. La question est plutôt : ai-je 10 minutes à utiliser avec mon sportif afin de recueillir des informations afin de savoir si les articulations ou les tissus vont être en mesure de s’adapter aux contraintes mécaniques que je pourrais leurs appliquer, et de d’observer comment mon sportif organise sa motricité ?
Rien de plus.
A partir des informations collectées chacun est libre de tirer les conclusions qu’il souhaite selon sa philosophie de l’entraînement et du mouvement humain. Puis de mettre en place les remédiations de son choix.
Un filtre est un filtre. Le choix des remédiations appartient aux humains. Ne blâmons pas le filtre, mais blâmons les humains. Chacun est responsable de ses prescriptions de méthodes et d’exercices.

Au final tout ceci me fait penser à la citation de Albert Einstein.

Tout le monde est un génie. Mais si on juge un poisson sur sa capacité à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide. – Albert Einstein.

Le FMS, ou n’importe quel screen, est le poisson de la citation. Si vous jugez son intérêt à sa capacité à détecter les ruptures de LCA 6 mois en avance, vous passerez votre vie à croire que c’est stupide (et inutile).

Les promesses sur une méthode parfaite de détection des blessures n’engagent que ceux qui y croit. Utilisez le FMS selon vos besoins.

Personne ne blâme la barre de musculation si l’exercice mal réalisé, ou mal choisi.

A propos des genoux vers l’intérieur lors du squat

“Il faut pousser les genoux à l’extérieur sur le squat” – “Il faut lui dire de pousser les genoux à l’extérieur lors du squat”.

Comme beaucoup de professionnel de la santé et du sport, j’entends ces recommandations sur le comportement des genoux lors du schéma moteur accroupissement lorsqu’il est réalisé lors de l’exercice du squat. Ce sont même parfois des consignes données par le coach / préparateur physique / kiné lui même.
Pour être direct, je pense que ces consignes sont inefficaces, donc inutiles.
Il faut en effet éviter un valgus des genoux et les avoir vers l’extérieur pour plus d’efficacité mécanique et pour une meilleures santé à long terme des genoux.
Mais la mauvaise réalisation est la cause d’une mauvaise sélection de l’exercice par l’encadrant, et des consignes comme ‘pousse les genoux à l’extérieur”, même hurlées, n’y changeront rien. Ce n’est pas la bonne approche.

1/ C’est le rôle du coach de veiller à la bonne exécution….

Ces consignes sont constamment répétées ……et pourtant l’erreur est répétée séances après séances, semaines après semaines. Dans son ouvrage Strength training and coordination: an integrative approach, Frans Bosch revient sur différentes études sur la rétention à long terme de l’apprentissage (Winstein, 1990). Si la répétition de consignes est importante, moins la rétention est maintenue sur le long terme. C’est la répétition du mouvement, et la comparaison des différentes organisations du mouvement, qui permettent le mieux la rétention. Autrement dit, le cerveau apprend le mouvement par la répétition, pas par le hurlement de consignes.
Donc si l’objectif est d’enseigner un schéma moteur ou un exercice il faut mieux parfois se taire…ou régresser dans la sélection de l’exercice.

2/ “ Mais moi je fais de la mobilité avant la séance de squat”…

C’est un début ! La tendance à la “mobilité” en ce moment. Mais les études récentes (Louis P. Howe, 2016) laisse à penser que les gains en mobilité n’ont pas d’effets positif sur la réalisation des tâches complexes. Avoir des exercices visant à améliorer la mobilité articulaire va permettre de libérer des possibilités de mouvement qui ne seraient pas disponibles autrement.
Cependant, modifier les amplitude articulaires n’est pas ce qui permet de modifier l’exécution des schémas moteur complexes.
Si c’était le cas, toutes les personnes démontrant une mobilité correcte à l’épaule et sur la montée de jambe tendue lors des tests FMS, devrait démontrer une exécution correcte sur les tests de schémas moteurs du FMS. C’est pourtant loin d’être le cas.

3/ “Il faut renforcer les muscles de la hanches, petits et moyens fessiers, mettre des mini bandes élastique car il ne sont pas assez fort pour maintenir de genoux en place.”

Faux.
Les muscles responsables de maintenir l’alignement du genoux sont des muscles que l’on caractérisent comme toniques / à bas seuil d’activation. Ils faut donc les entraîner dans leur fonction. Leur fonction est de maintenir une tension musculaire constante, faible, pour maintenir les alignements. La solution de “faire du renforcement musculaire” pour ces muscles c’est avoir une approche de muscle phasiques / haut seuil d’activation. Mauvaise stratégie.
Le problème des muscles toniques est d’avoir la bonne tension musculaire au bon moment. C’est un processus inconscient, réflexe et décentralisé. Bien trop rapide pour réagir à une consigne “pousse les genoux vers l’extérieur”.
Sinon, pourquoi même des personnes présentant un haut niveau de force présentent ce valgus des genoux lors d’un squat…ou alors adoptent une base très large au sol….ou avec le pieds fortement pointés vers l’extérieur ?

Et au fait, bonne chance lors de la compétition ou de test. Ou alors c’est que vous pensez que la personne va vous entendre hurler dans sa tête. Sinon, cela n’arriverait pas :

4/ “Donc on laisse les genoux partir vers l’intérieur ?….

Le problème est que la personne ne réalise pas que ces genoux partent vers l’intérieur. Le problème se situe au niveau du feeback proprioceptif. Lorsque l’on place une bande élastique autour des genoux lors de l’exercice du squat chez les personnes avec un valgus, il n’est pas rare d’entendre “en fait, si je n’ai pas l’élastique, je ne le sens pas que mes genoux vont à l’intérieur”. Même résultat avec les enroulements PRO-FTS. En plein dans la cible. C’est un processus inconscient, réflexe et décentralisé.
Si les sensations sont également entre autre dans les muscles fessiers, ce n’est pas qu’ils se renforcent. C’est juste qu’ils sont enfin obligés d’être actifs pour réaliser leur fonction : stabiliser le genou.
Des consignes de réalisation, même données avec conviction par l’encadrant, de remplacent pas une bonne sélection de l’exercice, ou une variation.
Tout dépend ensuite si l’objectif est d’entraîner un exercice, le squat ici, ou bien à développer la force dans un schéma moteur correct.

L’atterrissage lors d’un exercice de pliométrie

Pourquoi se soucier de la position du pied lors de l’atterrissage d’un exercice de pliometrie ?

En haut, ce que l’on observe chez le débutant : contact sur l’avant du pied avec une contrainte plus importante sur les structures, pas de preflex, donc pas de restitution, conséquences sur l’organisation au niveau hanche et genou (encore moins de restitution), et,enfin, avez vous déjà vu un sportif poser le pied ainsi lors de ses déplacements ?

En bas, est ce qu’il faut observer/obtenir (pour les raisons citées précédemment)

A lire : “Préparation physique : prophylaxie et performance des qualités athlétiques”

J’ai rencontré Benjamin Del Moral pour la 1ère fois en 2015 à l’occasion d’une formation lors de laquelle il intervenait sur son approche de la prophylaxie et la réduction des risques de blessures.
Ce jour là, je n’avais pas été surpris par sa présentation. Car, pour être honnête, il faut faire un petit retour quelques années en arrière, avant son arrivée au LOU Rugby, c’est-à-dire lorsque Benjamin était préparateur physique au Stade Français Paris Rugby.
Dans la vidéo d’un entraînement, on entendait Benjamin dire aux joueurs “prenez vos mini band. Activation fessiers !”. A cet instant, je me suis dis à moi même “hé bien, je pense que nous lisons les mêmes livres, regardons les même DVDs, bref nous allons dans le même direction”. Les sportives et sportifs ayant eu l’occasion de suivre une de mes programmations/séances savent bien à quel point j’aime activer les fessier, et pas uniquement avec des mini bandes. “L’activation” des fessiers n’étant qu’un terme, parmi tant d’autre, propre à une certaine philosophie de la préparation physique.

Comme Benjamin Del Moral, mon cheminement de préparateur physique m’a mené fin 2008 à prendre un virage vers une approche plus “fonctionnelle”, plus orientée vers le souci de réduire les risques de blessures à l’entraînement et en match, avec pour objectif de prolonger le plus longtemps possible la carrière sportive. C’est à dire toujours plus individualisée et à travers une approche méthodique.

De son expérience théorique et pratique de terrain, Benjamin a publié un livre début 2016 : Préparation physique : prophylaxie et performance des qualités athlétiques
Dans cet article je vais vous expliquer pourquoi il devrait être dans votre bibliothèque.

MISE EN PAGE
Ce sera peut-être un détail pour certains, mais, comme j’ai eu l’occasion de le dire à Benjamin au téléphone, son livre est sacrément beau et bien mis en page. Les pages sont aérées et un code couleur vous permet d’identifier les thèmes de chaque chapitre. Le livre est vraiment très agréable à lire.

CHEMINEMENT
Depuis mon virage “fonctionnel” de 2008, j’ai souvent subi les regards interrogatifs, curieux et parfois moqueurs. J’ai dû expliquer pourquoi il fallait se baser sur un rapport risques/bénéfices dans le choix des méthodes et des exercices, et pourquoi l’objectif N°1 était de fournir à l’entraîneur des joueurs en pleine possession de leurs moyens physiques si l’on voulait remporter des compétitions.
Le livre de Benjamin Del Moral permettra certainement à certains de se rendre compte de ce qui est fait au niveau de compétition dans lequel évolue Benjamin. En fait, nous sommes de plus en plus nombreux à prendre le virage de l’entraînement “fonctionnel” !

Il dresse également un bilan honnête et humble de son évolution en tant que préparateur physique. Ceci doublé avec un constat que j’ai fait, comme d’autres, lorsque j’étais joueur : pendant longtemps le type de préparation physique dépendait surtout du sport d’origine du préparateur physique, pas de l’individu ni du sport pratiqué.
Et si on se penchait, enfin, sur l’individu, afin d’individualiser la préparation physique ?

ÉVALUATIONS
Un des chapitres les plus intéressants du livre est celui consacré aux évaluations du mouvement fonctionnel. Si Benjamin Del Moral y présente l’évaluation la plus connue, le FMS, il propose également beaucoup d’autres systèmes d’évaluation des capacités fonctionnelles du sportif.
C’est là un des points clés : si vous n’évaluez pas, vous ne faites que deviner.

BASE D’EXERCICES
Plusieurs chapitres sont dévolus aux différents types d’exercices. Toujours avec une approche fonctionnelle, c’est-à-dire l’entraînement de mouvements et de chaînes musculaires, et non pas de muscles.
Vous trouverez donc dans le livre plus de 200 exercices et quelques exemples de plans d’entraînements.
Certains regretteront un nombre d’exercices ou de plans d’entraînement plus important. Cela sera le signe qu’il n’ont finalement rien compris au livre de Benjamin Del Moral. L’important n’est pas l’exercice. L’important est le bon exercice, pour la bonne personne, avec la bonne progression/régression/latéralisation.

PARTAGE
Enfin, si certains font le choix de reprendre des concepts et méthodes à leur compte, sans citer les auteurs originaux, Benjamin donne toutes les références, cite des extraits, la bibliographie. Classe. Vous ressortez de la lecture de “Préparation physique : prophylaxie et performance des qualités athlétiques” avec une liste de lecture encore plus grande.

Pour conclure, je dirais je “Préparation physique : prophylaxie et performance des qualités athlétiques” est un livre que tout préparateur physique devrait posséder, tant il vous permet une plongée dans l’évolution majeure qu’a subie la préparation physique depuis 10 ans, avec l’apport des nouvelles technologies. C’est à ce jour le seul et unique ouvrage en français sur la philosophie de l’entrainement “fonctionnel” portant sur la préparation physique.

Si vous ne savez pas par quel livre commencer votre bibliothèque, “Préparation physique : prophylaxie et performance des qualités athlétiques”, “L’enfant et l’activité physique : De la théorie à la pratique” et la “Bible de la préparation physique” vous permettront à eux 3 de mettre à jour vos connaissances scientifiques et pratiques.

Préparation physique : solutions pour les épaules douloureuses – épisode 6

Nouvel épisode consacré aux problématiques des épaules douloureuses, et largement blessures aux épaules, et aux solutions pour ajuster le programme d’entraînement et pourvoir ainsi participer aux matchs/compétitions au meilleur de sa forme possible.

Si vous faites du sport de compétition, vous savez très bien qu’il arrive de se faire mal ou d’avoir des douleurs chroniques. Dès lors vous être confronté à la problématique suivante : ne plus rien faire et perdre vos qualités physiques puis votre temps de jeu, OU, gérer ses blessures/douleurs par une prise en charge médicale et une préparation physique adaptée à votre capacité du moment.

L’idée principale va être d’éviter d’ajouter du risque sur des douleurs/blessures déjà présentes. Si vous avez mal à la tête, une migraine disons, la solution n’est pas d’aller se taper la tête contre le mur en espérant que cela arrange votre état. Cela n’a pas de sens, n’est-ce pas ?
Même idée avec les douleurs/blessures à l’épaule et, pour aller plus loin, aux bras, coudes, poignets et doigts.

Si vous pratiquer un sport de lutte, de combat ou d’impact vous savez très bien que les douleurs/blessures aux doigts, poignets ou épaules (acromio-claviculaire) sont fréquentes.
Ainsi, les jours suivants le match/compétition, vous êtes bien embêté pour faire certains exercices.
Je vous propose quelques remédiations dans le but, à la fois, d’observer un principe de précaution ET de ne pas stopper complètement certains thèmes de préparation physique .

1/ HALTÉROPHILIE
Les blessures aux poignets ou aux doigts sont très problématiques pour les mouvements d’haltérophilie, lors desquels les poignets sont très sollicités en extension.
La réception de la barre au niveau claviculaire n’est pas non plus envisageable si votre acromio-claviculaire n’a pas récupéré de l’énorme plaquage que vous avez mis le match dernier (note : toujours plus impressionnant dans votre mémoire que sur la vidéo !).
La grande amplitude de l’arraché peut aussi provoquer de la douleur sur l’épaule traumatique.

Solution 1 : Kettlebell swing
Faible sollicitation du poignet et si vous utilisez la version classique, KB niveau des yeux, peu de risques sur l’épaule. Évitez la version Crossfit, avec KB au-dessus de la tête, comme pour l’arraché l’amplitude peut être agressive pour l’épaule.

Solution 2 : Saut avec résistance élastique/pneumatique avec ceinture.
Le plus sécuritaire. Aucune sollicitation des membres supérieurs. Pas d’apprentissage technique. Pas d’excuse.

 

2 / FORCE
Si vous être un grand fan du squat la barre devant n’est pas une option pour la même raison que pour la réception de l’épaule d’haltérophilie. La version barre derrière peut aussi être douloureuse dans certains cas.

Solution 1 : Barre hexagonale
Solution 2 : Exercice unilatéral + haltères
Solution 3 : squat goblet

S’il n’y a pas de problème au niveau poignets/doigts et juste à l’épaule, l’utilisation de la barre hexagonale et d’exercices unilatéraux avec haltères fera votre bonheur.

Solution 4 : exercice unilatéral + gilet lesté + haltères
A l’inverse, si le problème réside dans votre capacité à manipuler avec vos mains une charge importante, pensez à l’option du gilet lesté. Utilisez également des exercices unilatéraux pour réduire la charge à saisir.

 

Solution 5 : résistance élastique/pneumatique avec ceinture
Si épaule et doigts/poignets posent problème, cette solution est la plus sécuritaire.

Solution 6 : gilet lesté + résistance élastique/pneumatique avec ceinture
Si l’épaule n’est pas douloureuse et que le problème est au niveau de la main, vous pouvez utiliser cette solution 2 en 1. Que du bonheur !

3/ GAINAGE

Les exercices de planche peuvent aussi provoquer une douleur.

Solution : utilisez des cables/élastique

Le principe du gainage est d’appliquer une force sur le système (le corps) et lui demander de rester indéformable. Utiliser des câbles/élastiques vous permet de faire cela sans appliquer une contrainte douloureuse sur l’épaule.

 

Vous l’aurez compris, il n’y a pas de problème, que des solutions !

Conseils réduction des risques de blessures – Episode 5

Quelques conseils préparation physique, réathlétisation et entrainement : réduction des risques de blessures

1/ Si l’explication est trop compliquée, c’est que la personne ne maîtrise pas le sujet ou cherche à vous enfumer avec des méthodes miracles.

Les bons entraîneurs donnent des consignes claires, simples et rapidement applicables.

En fait, donner des consignes à chaque répétition d’un exercice serait même nuisible à l’apprentissage des mouvements.

En tant que sportif, vous n’avez pas besoin de comprendre l’ensemble de la science derrière ce que vous demande l’entraîneur.

L’équation est simple : plus l’entraîneur parle, moins vous pratiquez l’exercice.

Plus vous pratiquez l’exercice, puis votre compétence augmente.

Plus la vitesse d’exécution est rapide, plus cela est vrai ! La vitesse multidirectionnelle en est le plus bel exemple !

vitesse-handball

 

2/ Comment la réduction des risques de blessures à l’entraînement et en compétition ne peut pas être l’objectif n°1 ?

Le contenu de préparation physique n’est pas l’objectif final. Même s’il résulte toujours un certain inconfort lors de l’entraînement, si vous avez mal, ne faites pas l’exercice. Il y a une nette différence en douleur et inconfort.

L’objectif final est la compétition.

Mettre en place une stratégie de réduction des risques de blessures ne changer par radicalement le programme d’entrainement et de préparation physique. Mais il impose de mesurer le rapport risques/bénéfices et pose la question du chemin choisit pour arriver aux objectifs que vous avez fixés.

3/ Nombre de sportifs expérimentés ET blessés, expliquent “avoir fait n’importe quoi étant jeune”

Il n’y a pas plus fort témoignage de l’importance d’une approche à long terme dans le développement des qualités physiques et dans la réduction des risques de blessures. Etes-vous certain de vouloir commencer la musculation avec un mouvement comme celui-ci :

squat genou valgus

 

4/ Le squat goblet devrait être le tout premier exercice utilisé pour le renforcement des membres inférieurs.

Le squat goblet permet de corriger avec peu de consignes le placement du dos et le comportement des genoux sur le schéma d’accroupissement (squat).

Le poids en avant du corps aide à conserver l’alignement du dos.

Descendre les coudes à l’intérieur des genoux empêche le valgum des genoux.

Pas besoin de beaucoup de coaching ou de matériel.

Comment détruire votre dos, vos épaules et coudes avec une barre guidée et un banc

En préparation physique, les règles devraient être simples :

aucun équipement n’est interdit,

aucun exercice n’est interdit,

aucun équipement n’est obligatoire,

aucun exercice n’est obligatoire.

 

Tout dépend de l’utilisation, du contexte et de la personne. La musculation comme outil de préparation physique n ‘y fait pas exception.

En musculation les barres guidées sont souvent présentées comme moins dangereuses que les barrer libres. Certainement car la barre est facile à contrôler car il n’y a qu’un seul mouvement possible de haut en bas (et permet de mettre beaucoup plus de poids).

blessure-epaule-dos-smith-machine

C’est donc un équipement qui peut parfois, dans certains cas, correspondre à un besoin bien spécifique.

La barre guidée est souvent utilisée pour un exercice de développé épaule (ou militaire). C’est un exercice de poussée verticale qui sollicite principalement triceps, deltoïde, trapèze et pectoraux.

Le gros problème de cet exercice est qu’il ne permet pas à l’épaule de respecter le rythme scapulo-huméral en coordination avec les mouvement thoracique.

rythme scapulo humeralPour bien comprendre comment fonctionne votre épaule il faut imaginer un orchestre avec de nombreux instruments de musique. Chaque instrument doit jouer à un moment bien précis selon la partition. Utiliser une barre guidée, encore plus avec un banc, c’est comme empêcher de jouer certains instruments de l’orchestre quand ils le devraient.

Le rythme des mouvements thoracique, scapulaire et huméral est un rythme fixe en lien les uns avec les autres.

  • Utiliser le banc restreint les mouvements au niveau thoracique.
  • Utiliser une barre guidée impose le placement du bras et du coude.
  • Utiliser une barre guidée ne tient pas compte des asymétries entre épaule droite et épaule gauche.

Au final vous verrouillez certaines positions, et forcez votre épaule à compenser sur d’autres articulations. Augmentant ainsi vos risques de blessures à long terme.

Pour le développé militaire, si le coude n’est pas à la verticale de la barre, vous créez un stress important au niveau des ligaments du coude. Ligaments déjà bien sollicité dans les sports de lancer par exemple.

Pour arriver à positionner le coude en dessous de la barre, l’autre compensation est de chercher plus d’extension thoracique. Dommage car le banc dans le dos vous empêche de faire cela. C’est donc au niveau en dessous, lombaire, que la compensation s’observe ensuite. La courbure lombaire s’accentue plaçant un stress plus important sur les vertèbres et disques intervertébraux (exemple ci dessous avec la version haltères).

musculation-blessures-dos-epaule

Notez combien de fois le banc recule – il est le seul à pouvoir bouger, ne comptez pas sur le rack- preuve que la poussée n’est pas verticale.

Votre corps cherche tout simplement le meilleur moyen de répondre à la demande (poussée verticale), malgré les verrous que vous lui imposez. Ce moyen est d’aligner la charge avec le centre de gravité (ici pensez l’axe de la colonne vertébrale). Impossible avec un barre guidée et un banc. Les compensations n’en sont que la conséquence.

Utiliser une barre guidée pour le développé épaule (ou militaire) n’est pas une option si vous présentez des douleurs à l’épaule ou au dos (et que vous ne voulez pas en avoir), ou que vous pratiquez un sport de lancer.

Vous n’êtes ni un robot, ni un playmobil. Votre corps est fait pour bouger librement. Laissez-le faire, il trouvera un chemin. Évitez juste de lui compliquer la tâche avec une mauvaise sélection d’exercices.