L’atterrissage lors d’un exercice de pliométrie

Pourquoi se soucier de la position du pied lors de l’atterrissage d’un exercice de pliometrie ?

En haut, ce que l’on observe chez le débutant : contact sur l’avant du pied avec une contrainte plus importante sur les structures, pas de preflex, donc pas de restitution, conséquences sur l’organisation au niveau hanche et genou (encore moins de restitution), et,enfin, avez vous déjà vu un sportif poser le pied ainsi lors de ses déplacements ?

En bas, est ce qu’il faut observer/obtenir (pour les raisons citées précédemment)

A lire : “Préparation physique : prophylaxie et performance des qualités athlétiques”

J’ai rencontré Benjamin Del Moral pour la 1ère fois en 2015 à l’occasion d’une formation lors de laquelle il intervenait sur son approche de la prophylaxie et la réduction des risques de blessures.
Ce jour là, je n’avais pas été surpris par sa présentation. Car, pour être honnête, il faut faire un petit retour quelques années en arrière, avant son arrivée au LOU Rugby, c’est-à-dire lorsque Benjamin était préparateur physique au Stade Français Paris Rugby.
Dans la vidéo d’un entraînement, on entendait Benjamin dire aux joueurs “prenez vos mini band. Activation fessiers !”. A cet instant, je me suis dis à moi même “hé bien, je pense que nous lisons les mêmes livres, regardons les même DVDs, bref nous allons dans le même direction”. Les sportives et sportifs ayant eu l’occasion de suivre une de mes programmations/séances savent bien à quel point j’aime activer les fessier, et pas uniquement avec des mini bandes. “L’activation” des fessiers n’étant qu’un terme, parmi tant d’autre, propre à une certaine philosophie de la préparation physique.

Comme Benjamin Del Moral, mon cheminement de préparateur physique m’a mené fin 2008 à prendre un virage vers une approche plus “fonctionnelle”, plus orientée vers le souci de réduire les risques de blessures à l’entraînement et en match, avec pour objectif de prolonger le plus longtemps possible la carrière sportive. C’est à dire toujours plus individualisée et à travers une approche méthodique.

De son expérience théorique et pratique de terrain, Benjamin a publié un livre début 2016 : Préparation physique : prophylaxie et performance des qualités athlétiques
Dans cet article je vais vous expliquer pourquoi il devrait être dans votre bibliothèque.

MISE EN PAGE
Ce sera peut-être un détail pour certains, mais, comme j’ai eu l’occasion de le dire à Benjamin au téléphone, son livre est sacrément beau et bien mis en page. Les pages sont aérées et un code couleur vous permet d’identifier les thèmes de chaque chapitre. Le livre est vraiment très agréable à lire.

CHEMINEMENT
Depuis mon virage “fonctionnel” de 2008, j’ai souvent subi les regards interrogatifs, curieux et parfois moqueurs. J’ai dû expliquer pourquoi il fallait se baser sur un rapport risques/bénéfices dans le choix des méthodes et des exercices, et pourquoi l’objectif N°1 était de fournir à l’entraîneur des joueurs en pleine possession de leurs moyens physiques si l’on voulait remporter des compétitions.
Le livre de Benjamin Del Moral permettra certainement à certains de se rendre compte de ce qui est fait au niveau de compétition dans lequel évolue Benjamin. En fait, nous sommes de plus en plus nombreux à prendre le virage de l’entraînement “fonctionnel” !

Il dresse également un bilan honnête et humble de son évolution en tant que préparateur physique. Ceci doublé avec un constat que j’ai fait, comme d’autres, lorsque j’étais joueur : pendant longtemps le type de préparation physique dépendait surtout du sport d’origine du préparateur physique, pas de l’individu ni du sport pratiqué.
Et si on se penchait, enfin, sur l’individu, afin d’individualiser la préparation physique ?

ÉVALUATIONS
Un des chapitres les plus intéressants du livre est celui consacré aux évaluations du mouvement fonctionnel. Si Benjamin Del Moral y présente l’évaluation la plus connue, le FMS, il propose également beaucoup d’autres systèmes d’évaluation des capacités fonctionnelles du sportif.
C’est là un des points clés : si vous n’évaluez pas, vous ne faites que deviner.

BASE D’EXERCICES
Plusieurs chapitres sont dévolus aux différents types d’exercices. Toujours avec une approche fonctionnelle, c’est-à-dire l’entraînement de mouvements et de chaînes musculaires, et non pas de muscles.
Vous trouverez donc dans le livre plus de 200 exercices et quelques exemples de plans d’entraînements.
Certains regretteront un nombre d’exercices ou de plans d’entraînement plus important. Cela sera le signe qu’il n’ont finalement rien compris au livre de Benjamin Del Moral. L’important n’est pas l’exercice. L’important est le bon exercice, pour la bonne personne, avec la bonne progression/régression/latéralisation.

PARTAGE
Enfin, si certains font le choix de reprendre des concepts et méthodes à leur compte, sans citer les auteurs originaux, Benjamin donne toutes les références, cite des extraits, la bibliographie. Classe. Vous ressortez de la lecture de “Préparation physique : prophylaxie et performance des qualités athlétiques” avec une liste de lecture encore plus grande.

Pour conclure, je dirais je “Préparation physique : prophylaxie et performance des qualités athlétiques” est un livre que tout préparateur physique devrait posséder, tant il vous permet une plongée dans l’évolution majeure qu’a subie la préparation physique depuis 10 ans, avec l’apport des nouvelles technologies. C’est à ce jour le seul et unique ouvrage en français sur la philosophie de l’entrainement “fonctionnel” portant sur la préparation physique.

Si vous ne savez pas par quel livre commencer votre bibliothèque, “Préparation physique : prophylaxie et performance des qualités athlétiques”, “L’enfant et l’activité physique : De la théorie à la pratique” et la “Bible de la préparation physique” vous permettront à eux 3 de mettre à jour vos connaissances scientifiques et pratiques.

Préparation physique : solutions pour les épaules douloureuses – épisode 6

Nouvel épisode consacré aux problématiques des épaules douloureuses, et largement blessures aux épaules, et aux solutions pour ajuster le programme d’entraînement et pourvoir ainsi participer aux matchs/compétitions au meilleur de sa forme possible.

Si vous faites du sport de compétition, vous savez très bien qu’il arrive de se faire mal ou d’avoir des douleurs chroniques. Dès lors vous être confronté à la problématique suivante : ne plus rien faire et perdre vos qualités physiques puis votre temps de jeu, OU, gérer ses blessures/douleurs par une prise en charge médicale et une préparation physique adaptée à votre capacité du moment.

L’idée principale va être d’éviter d’ajouter du risque sur des douleurs/blessures déjà présentes. Si vous avez mal à la tête, une migraine disons, la solution n’est pas d’aller se taper la tête contre le mur en espérant que cela arrange votre état. Cela n’a pas de sens, n’est-ce pas ?
Même idée avec les douleurs/blessures à l’épaule et, pour aller plus loin, aux bras, coudes, poignets et doigts.

Si vous pratiquer un sport de lutte, de combat ou d’impact vous savez très bien que les douleurs/blessures aux doigts, poignets ou épaules (acromio-claviculaire) sont fréquentes.
Ainsi, les jours suivants le match/compétition, vous êtes bien embêté pour faire certains exercices.
Je vous propose quelques remédiations dans le but, à la fois, d’observer un principe de précaution ET de ne pas stopper complètement certains thèmes de préparation physique .

1/ HALTÉROPHILIE
Les blessures aux poignets ou aux doigts sont très problématiques pour les mouvements d’haltérophilie, lors desquels les poignets sont très sollicités en extension.
La réception de la barre au niveau claviculaire n’est pas non plus envisageable si votre acromio-claviculaire n’a pas récupéré de l’énorme plaquage que vous avez mis le match dernier (note : toujours plus impressionnant dans votre mémoire que sur la vidéo !).
La grande amplitude de l’arraché peut aussi provoquer de la douleur sur l’épaule traumatique.

Solution 1 : Kettlebell swing
Faible sollicitation du poignet et si vous utilisez la version classique, KB niveau des yeux, peu de risques sur l’épaule. Évitez la version Crossfit, avec KB au-dessus de la tête, comme pour l’arraché l’amplitude peut être agressive pour l’épaule.

Solution 2 : Saut avec résistance élastique/pneumatique avec ceinture.
Le plus sécuritaire. Aucune sollicitation des membres supérieurs. Pas d’apprentissage technique. Pas d’excuse.

 

2 / FORCE
Si vous être un grand fan du squat la barre devant n’est pas une option pour la même raison que pour la réception de l’épaule d’haltérophilie. La version barre derrière peut aussi être douloureuse dans certains cas.

Solution 1 : Barre hexagonale
Solution 2 : Exercice unilatéral + haltères
Solution 3 : squat goblet

S’il n’y a pas de problème au niveau poignets/doigts et juste à l’épaule, l’utilisation de la barre hexagonale et d’exercices unilatéraux avec haltères fera votre bonheur.

Solution 4 : exercice unilatéral + gilet lesté + haltères
A l’inverse, si le problème réside dans votre capacité à manipuler avec vos mains une charge importante, pensez à l’option du gilet lesté. Utilisez également des exercices unilatéraux pour réduire la charge à saisir.

 

Solution 5 : résistance élastique/pneumatique avec ceinture
Si épaule et doigts/poignets posent problème, cette solution est la plus sécuritaire.

Solution 6 : gilet lesté + résistance élastique/pneumatique avec ceinture
Si l’épaule n’est pas douloureuse et que le problème est au niveau de la main, vous pouvez utiliser cette solution 2 en 1. Que du bonheur !

3/ GAINAGE

Les exercices de planche peuvent aussi provoquer une douleur.

Solution : utilisez des cables/élastique

Le principe du gainage est d’appliquer une force sur le système (le corps) et lui demander de rester indéformable. Utiliser des câbles/élastiques vous permet de faire cela sans appliquer une contrainte douloureuse sur l’épaule.

 

Vous l’aurez compris, il n’y a pas de problème, que des solutions !