,

A quelle époque correspond votre préparation physique ?

J’ai retrouvé dans mes archives un support de présentation de Fred AUBERT sur la dimension physique de l’entraînement, lors d’un lundi du CREPS de Bordeaux – Aquitaine en 2012 (hé, oui ! Comme tous les préparateurs physiques que je connais, je conserve des articles, vidéos, supports…).

Fred AUBERT est actuellement à la FF de football et était C.T.N. de la F.F. de basket-ball, en charge de la préparation physique auprès de la DTBN.

Dans ce document, il offre une description de l’évolution du préparateur physique au cours des années.

Evolution-preparation-physique

1950 – Le militaire : devenir rustique, stage commando

1970 – Le prof d’EPS : culture physique multiforme et éducation motrice multidisciplinaire. Pas de spécialisation précoce.

1980 – L’entraîneur d’athlétisme : le concept d’entraînement foncier (approche pyramidale), d’haltérophilie (technique et méthode de musculation) ou de gymnastique (discipline du corps : force, agilité souplesse dans la production codifiée de formes de corps).

Suite à l’émergence des formations universitaires

1990 – Le préparateur physique est technicien de son sport : tendance technologique – PP / tendance didactique EPS.

2000 – Entraîneur physique : L’analyse de la tâche et l’évaluation du profil de ressources du sportif organisent la préparation physique.

En d’autre termes : dis-moi comment est ta préparation physique et je te dirais à quelle époque tu appartiens !

, ,

Musculation : faut-il aller au-dessus de la tête ?

Les sportifs qui travaillent avec moi sont souvent surpris lorsque je leur interdis un exercice de musculation. Ils prennent cela comme une attaque personnelle ! Surtout pour certains exercices qui jouissent d’une “réputation” et sont présentés comme IN-CON-TOUR-NABLES.

Cela me prend plus ou moins de temps, mais ils arrivent à comprendre qu’ils doivent pour l’instant éviter certains exercices de musculation, s’ils souhaitent profiter d’une carrière sportive plus longue… Ou tout simplement pouvoir aller travailler le lendemain sans douleur.

Prenons l’exemple des exercices de poussée verticale comme le développé épaule (haltère ou barre).

Un mouvement de base ?

L’abduction de l’épaule est un besoin dans de nombreux sports. Dans les sports de lancer (handball, baseball, football américain), on constate des vitesses de balles plus importantes lorsqu’il y a une extension et une rotation externes plus importantes de l’épaule. Or, bonne chance pour faire cela sans abduction de l’épaule !

Lire la suite

, ,

2 étirements complexes pour plus de mobilité et une meilleure posture

Il n’est plus besoin de revenir sur l’intérêt des étirements pour la performance sportive et la réduction des blessures. Selon votre objectif, il conviendra de choisir le bon moment, la bonne méthode et les bons étirements. 

Très souvent, l’étirement choisi se focalise sur un muscle / groupe musculaire. Cependant, le corps humain fonctionne par chaine que l’on nomme trajets anatomiques ou méridiens myofasciaux. C’est l’une des bases de l’entraînement fonctionnel (ARTICLE). Vos étirements doivent donc autant que possible respecter cette notion de chaine.

Voici donc 2 étirements que vous pouvez utiliser pendant vos séances. Ce sont 2 étirements “complexes” car ils sollicitent plusieurs chaînes en même temps.

Lire la suite

Rapide conseil pour réduire les douleurs aux avant-bras

Certains sports partagent des problèmes en commun. Prenez les douleurs, tendinites aux avant-bras.

Vous vous sentez forcément concerné si vous pratiquez un sport de lancer (baseball, football américain, handball), de saisie (sport de combat), ou encore avec une raquette (tennis, squash, badminton) ou un club de golf. Nous pouvons également ajouter des sports comme le VTT. 

Lire la suite

,

Quantifier le stress subi par vos articulations

L’objectif de toute préparation physique est de développer des qualités physiques.

Le corps humain est une magnifique machine.

Votre corps va s’adapter et développer des qualités physiques,tant que le stress qu’il subit (l’entraînement) ne dépasse pas ses capacités d’adaptation. 

Il existe différents types de stress. Notamment le stress mécanique. C’est généralement le stress le plus simple à comprendre. Ce terme regroupe les forces, les impacts subis par les os, articulations, tendons, muscles, etc. 

Blaise Dubois propose un modèle pour quantifier les stress provoqué par différentes activités physiques.

Les activités physiques sont notées de 0 à 10. 

3 zones sont clairement identifiées : repos (non adaptation), adaptation, et dépassement. 

Comme l’indique B. Dubois, lorsque les capacités du corps sont dépassées, il en résulte des douleurs pendant l’effort, des douleurs pendant l’effort et une raideurs matinale. 

Lire la suite

,

Blessures sportives : cherchez-vous au bon endroit ?

Je le répète assez souvent, mon objectif est de réduire les risques de blessures pour mes sportifs.

Lorsque les sportifs ou les entraîneurs me sollicitent, tous parlent de force, de vitesse, d’explosivité ou d’endurance.

Mais sur le long terme, une saison, personne n’est performant et ne gagne blessé ou incapable de s’entraîner correctement à cause de la douleur.

Personne n’en parle au premier abord, mais tous (joueurs, entraîneurs et dirigeants) s’accordent sur un point : rester en bonne santé sur une saison est indispensable lorsque l’on se fixe des objectifs ambitieux.

Lire la suite

,

Mise au point sur les étirements

Aujourd’hui je souhaite faire une mise au point sur un sujet qui agite les réseaux sociaux chez les sportifs : les étirements.

Il aura suffit d’un article de 2012 (que j’ai moi même partagé sur mon Twitter). L’article du site Suisse Planetesante.ch , intitulé “Les étirements sont inutiles avant et après une activité physique” aura eu pour conséquence de faire sauter de joie une grande majorité des sportifs de France.

Lire la suite

,

Le test du “Toe touch” indique-t-il les risques de blessures ?

En préparation physique, les évaluations et les tests ont une place importante. Grâce à eux, il est notamment possible de donner une “image” physiologique et fonctionnelle d’un sportif à un moment donné. Il est ainsi possible de définir et de vérifier l’efficacité d’un programme de préparation physique. 

Il existe de nombreux outils et tests selon la qualité physique que l’on souhaite évaluer. Un test que l’on retrouve souvent dans les protocoles de tests physiques de nombreux sports est le “toe touch” (touche orteils), version modifiée du “sit and reach” (s’asseoir et aller chercher).

C’est un test supposé évaluer la souplesse de membres inférieurs. La chaine postérieure pour être plus précis. J’avais déjà émis quelques doutes sur ce point dans un post précédent. 

Pour certains, ce test indiquerait des risques de blessures aux ischio-jambiers en cas de mauvais résultats.

Lire la suite

,

La spécialisation précoce augmenterait les risques de blessures chez les jeunes athlètes

Selon une étude présentée en octobre dernier à la conférence nationale de l’American Academy of Pediatrics, la spécialisation précoce des jeunes athlètes augmenterait les risques de blessures.

L’étude a suivie 1206 jeunes athlètes de 8 à 18 ans, sur une durée de 6 à 3 ans.

Lire la suite

,

Dos en péril chez les jeunes sportifs

Une étude alarmante sur les problèmes de dos chez les jeunes sportifs a été publiée dans le Journal de Traumatologie du Sport en juin dernier. 

CETTE ETUDE porte sur les rachis lombaire chez les jeunes joueurs de rugby de haut niveau. Selon les auteurs, la pratique intensive précoce d’un sport à contraintes rachidiennes comme le rugby (il ne serait être le seul) a incontestablement un effet traumatisant avec une dégénérescence précoce. Il leur semble qu’il est nécessaire de se pencher sur ce problème dès les catégories de moins de 15 ans car les lésions découvertes ont débuté antérieurement. 

Lire la suite