Catégories
Qualités énergétiques

Comment évaluer vos progrès ? (partie 3)

Dans les deux premières parties de ce sujet, j’ai proposé des axes pour vous permettre d’évaluer vos progrès sur les aspects de vitesse et d’explosivité, mais également sur des aspects autour de la qualité de mouvement. Une notion importante tant pour la réduction des blessures que pour une efficacité dans l’effort.

Ceci nous amène enfin sur le dernier axe d’évaluation de votre préparation physique : pratiquer plus longtemps votre sport.

Avant toute chose, “pratiquer plus longtemps” votre sport n’inclut pas forcément de notions d’endurance comme beaucoup l’entendent. Notamment en sport collectif. Voici pourquoi :

En dehors des sports d’endurance (marathon, vélo, triathlon, etc.) le problème n’est pas de tenir la durée de la compétition mais d’être capable de répéter des efforts intenses et explosifs.

L’analyse de l’effort

L’analyse statistique des efforts dans de nombreux sports nous a permis de constater que généralement 90% du temps d’une rencontre de sport collectif est composé de déplacements lents ou de marches et que 10% des efforts sont explosifs (ces pourcentages varient légèrement en fonction des sports). C’est-à-dire 5 à 10 minutes cumulées d’efforts intenses par rencontre.

Ceci ne permet plus de laisser croire que l’approche centrée sur l’endurance fondamentale, annonçant des méthodes de course continue (pulsation ou VMA), soit pertinente et justifiée.

Pourquoi?
Le corps humain a besoin de carburant pour l’effort. Il existe différents moyens, filières (aérobie, anaérobie lactique, anaérobie alactique), pour le corps, de produire cette énergie. Ce dernier puise dans différentes réserves énergétiques à cet effet.

L’utilisation d’une filière énergétique dépend de l’intensité et de la durée de l’effort. Votre entrainement doit permettre d’augmenter les réserves d’énergies nécessaires pour la compétition.

Ainsi, revenons à notre analyse statistique dans laquelle 90% du temps de jeu est composé d’efforts de faible intensité et 10% d’efforts explosifs (ceux qui font la différence).
L’approche centrée sur l’endurance va développer vos réserves pour les 90% du temps de jeu constitué d’efforts d’intensité faible. Mais est-ce vraiment un challenge pour un sportif que de marcher ou jogger pendant 40 minutes (en dehors de l’ennui que cela provoque chez la plupart des pratiquants de sport collectif)?

Sans compter les effets associés à l’entraînement aérobie qui sont loin d’être négligeables : la transition des unités motrices vers des caractéristiques de fibres lentes, une réduction de l’efficacité du réflexe d’étirement dans le muscle (pliométrie) et une répétition d’un trop grand volume de mouvements dans une amplitude limitée.

Qu’en est-il des réserves énergétiques pour les efforts explosifs constituant les 10% du temps de jeu?
Les qualités physiques les plus importantes et les plus recherchées sont la vitesse et l’explosivité. L’idéal n’est-il pas de ne pas diminuer ces qualités par un entrainement inadéquat ?

Résumons

Pratiquer plus longtemps votre sport, c’est ici l’aptitude à répéter un grand nombre d’efforts explosifs et rapides. Votre préparation doit donc cibler les filières énergétiques requises pour cela dans votre sport. C’est-à-dire déterminer l’importance relative de chacune de ces filières à la réalisation de la performance.

A partir de ce postulat, les méthodes et leur importance s’adapte en fonction du sport mais également de la position jouée lorsque celle-ci présente des spécificités particulières.