A LIRE :

Crossfit : ami ou ennemi ?

Je suis toujours impressionné par l’animation que provoquent sur internet les vidéos ou les articles sur le Crossfit. Particulièrement lorsque l’on critique le Crossfit.

J’ai déjà donné ICI mon point de vue et mes arguments pour lesquels je ne recommande pas l’utilisation du Crossfit au sportif de compétition.

Donc, si vous êtes un fanatique du Crossfit, vous n’allez pas apprécier la suite de cet article. Je vous invite juste à faire l’économie de votre temps et ne pas m’envoyer ou me laisser de commentaire haineux ou insultant comme pour mon article précédent sur le crossfit. Vous comme moi, avons mieux à faire.

Aimer ou détester le Crossfit n’est pas le problème. Mais il semble que le Crossfit fasse le maximum pour se décrédibiliser tout seul. Depuis le début du mois de décembre, la vidéo d’une séance de Crossfit avec des féminines encadrées par des entraineurs certifiés fait le tour de la planète chez les professionnels de la santé, de la forme et de la préparation physique.

J’ai moi même partagé cette vidéo sur facebook. En réaction, j’ai eu l’occasion d’engager sur ce réseau un débat très intéressant avec Yves Patte (propriétaire d’une salle de Crossfit à Bruxelles). Yves avait déjà répondu ICI il y a quelques mois aux questions de Rudy Coia à propos du Crossfit.

Je n’ai aucun doute qu’il existe des entraîneurs Crossfit compétents et des salles Crossfit de qualités. Mais force est de constater que l’on trouve sur internet beaucoup, beaucoup (trop ?) de vidéos proposant des pratiques, des exercices ou des méthodes condamnables. La qualité de l’encadrement semble tellement variable selon les entraîneurs… pourtant certifiés.

L’idée originale du Crossfit est formidable. Dans une société moderne ou nous sommes physiquement assistés, toutes les occasions d’activités physiques variées sont une bonne chose pour la santé. Après tout, ce n’est qu’un retour d’un siècle en arrière vers la méthode naturelle de Géorges Hébert, également l’inspiration de la méthode MovNat de Erwan Le Corre.
Sur le fond, le Crossfit ressemble en grande partie aux séances de préparation physique générale PPG pratiquées par le passé. La planète sportive n’a pas attendue la “création” du Crossfit….
Donc, même si je ne recommande pas le Crossfit pour les sportifs de compétition, c’est toujours fort intéressant pour la population générale dans un objectif de santé….. lorsque l’encadrement est compétent.

Cependant, voir une vidéo comme celle ci-dessus me dépasse complètement. Je ne comprends vraiment pas comment des encadrants diplômés peuvent laisser des pratiquantes, visiblement débutantes, se mettre en danger par ces exercices.
Vous trouverez difficilement sur internet des vidéos d’entraînements encadrés d’haltérophilie ou de force athlétique, ou bien des séances encadrées de préparation physique utilisant des mouvements d’haltérophilie, lors desquelles les pratiquants se mettent en danger de la sorte.
Pour la simple et bonne raison que je ne connais aucun entraineur sérieux qui puisse rester sans venir assister les pratiquantes ou juste mettre fin à un tel massacre.

Même lors des Crossfit Games, il est possible de voir des pratiques dangereuses. Il suffit pour cela de regarder dans le fond de cette vidéo (merci Etienne) le pratiquant en short et t-shirt noir.

Lorsqu’un sportif (c’est-à-dire vous) fait le choix de s’entraîner sous la supervision d’un professionnel de la santé, de la forme ou de la préparation physique (c’est-à-dire moi), j’estime que nous avons en responsabilité bien plus que le développement de qualités athlétiques. J’ai tout d’abord la responsabilité de la santé à long terme de celui ou celle qui me fait confiance pour mes compétences et mon expérience dans mon domaine. Il faut donc perpétuellement mettre en perspective l’intérêt et les dangers liés à l’utilisation de certaines méthodes ou exercices.

Concernant le Crossfit, le signal d’alarme a été tiré le mois dernier lors de la publication de recommandations d’un consortium de spécialistes universitaires et militaires sur les méthodes d’entraînement telles que le Crossfit.

Ces spécialistes émettent des recommandations sur des points bien précis : sécurité du matériel, progression de la difficulté, individualisation des programmes, respect des périodes de récupération, suivi du sur-entraînement et des blessures, études sur les bases scientifiques des programmes, et enfin le besoin d’assurer les compétences des encadrants par des formations et des certifications organisées par des organismes indépendants.
De mon point de vue, nombres de ces points me semblaient être les bases pour tout professionnel de la santé, de la forme ou de la préparation physique.

Le Crossfit semble avoir besoin d’un profond travail de fond. Car depuis quelques temps, ce sont ces propres coachs qui pointent du doigts les dérives d’un système.
Ainsi, Robb Wolf, ancien coach Crossfit et auteur du livre de nutrition “the Paleo Solution” est revenu sur son expérience avec le Crossfit (vidéo en anglais uniquement).

Il y a également Mike Kesthely, toujours un ancien coach Crossfit, qui, sur son blog “confessions of a crossfit coach” égratigne certaines dérives du Crossfit (en anglais uniquement):

– Ce que je déteste au Crossfit partie 1
– Ce que je déteste au Crossfit partie 2

Enfin, Josh Hillis propose sur son blog une liste chronologique (juin 1976 au 22 juillet 2011) d’événements liés au Crossfit et de déclarations d’anciens pratiquants Crossfit ainsi que de son Créateur (allélouia) et propriétaire (si, si) Greg Glassman, en mettant à disposition les liens source. Certaines informations font vraiment rire parfois (en anglais uniquement, mais il y a du lourd !!)

Sportif, l’entraînement demande régulièrement le dépassement de soi, de sortir de la zone de confort. Cependant, risquer la blessure et votre santé future par l’utilisation de méthodes ou exercices dangereux et douteux n’est pas une option.
Fuyez si c’est ce que l’on vous propose…

 

Chaque publication, dans votre boîte de réception. Pas de spam, jamais. Promis.