Le développement des qualités énergétiques et le développement à long terme de l’athlète sont des thèmes largement documentés. Cependant ces sujets n’ont reçu qu’une attention limitée lorsqu’ils ont été mis en commun.

En effet, l’intérêt pour la performance des qualités énergétiques développées, notamment aérobie, n’est plus à démontrer chez les joueurs de sports collectifs.

De même, une planification à long terme des compétences physiques nécessaires au bon développement des jeunes sportifs n’est plus remise en cause. C’est la base du modèle de Développement à long terme de l’athlète (DLTA).

C’est pourquoi une récente étude sur le développement des qualités énergétiques chez les jeunes joueurs de sports collectifs devrait intéresser entraîneurs, préparateurs physique et parents !

Ses résultats nous donne 4 points clés à retenir sur ce sujet :

1/ Développement continu

Le modèle générique du DLTA est constitué de sept stades :

Stade 1 : Enfant actif (0-6 ans)

Stade 2 : S’amuser grâce au sport (filles 6-8, garçons 6-9)

Stade 3 : Apprendre à s’entraîner (filles 8-11, garçons 9-12)

Stade 4 : S’entraîner à s’entraîner (filles 11-15, garçons 12-16)

Stade 5 : S’entraîner à la compétition (filles 15-21, garçons 16-23)

Stade 6 : S’entraîner à gagner (filles 18+, garçons 19+)

Stade 7 : Vie active (participants de tout âge)

CS4L Rectangle FR Jan 2014

 

Le modèle du DLTA nous indique également des fenêtres optimales pour le développement des qualités physiques. Cependant, ce serait une erreur de croire que le développement de celles-ci ne s’effectue que lors de ces fenêtres optimales. Dans la cas présent, la fenêtre optimale pour l’aérobie se situe entre 12 et 16 ans pour les garçons. Ce sont plutôt des périodes où l’accent est mis sur une qualité physique. Leur développement actif doit être continu tout au long du développement du jeune athlète.

modele-DLTA

 

2/ Stade 1-2-3 (jusqu’à 11-12ans) : multisports

Durant le plus jeune âge (la période de participation/découverte de sports multiples) la recommandation est d’utiliser régulièrement des activités d’intensité moyenne, intégrées dans des jeux sollicitant les compétences de base (courir, sauter, lancer, rouler, ramper, etc.).

 

En pratique : c’est la période des jeux pré-collectifs et des parcours dits de motricité.

3/ Stade 4 (11-16 ans) : spécialisation

La phase de spécialisation est la période de participation accrue à un sport en particulier. C’est également la période de développement optimal pour l’aérobie. Cependant, il est souvent difficile de faire adhérer les jeunes sportifs aux méthodes traditionnelles telles que les efforts continus à intensité moyenne ou les efforts intermittents à haute intensité. Dès lors, les jeux collectifs à effectifs réduits à haute intensité devraient être prioritaires.

Avec pour règle de proposer régulièrement des jeux non spécifiques à l’activité sportive principale afin d’éviter l’économie de locomotion liée à la maîtrise technique.

En pratique : les variables pour les jeux collectifs sont nombreuses (nombre de joueurs, dimension de l’espace de jeu, cible, spécificité, modification des règle, équilibre des équipes, etc.).

4/ Stade 5 (15-23 ans) : compétition

A partir du moment où le joueur entre dans la phase de recherche de performance, l’idéal semblerait de combiner les jeux à effectifs réduits et les méthodes des efforts intermittents à haute intensité.

En pratique : la planification reste la clé. Le développement des qualités énergétiques peut prendre différents objectifs : optimisation du stimulus, capacité, haute vitesse de course, niveau technique ou puissance. Les situations et leurs variables doivent donc correspondre à l’objectif de la période ou du jour.

Références :