A LIRE :

Développement à long terme de l'athlète en football américain (DLTA) ou Long term athlete development (LTAD)

Mon collègue Stevy Farcy a publié sur son blog une présentation du programme de développement à long terme de l’athlète en basketball. Un programme déjà en place depuis plusieurs années dans les pays anglo-saxons. J’ai déjà abordé le sujet du DLTA sur le blog mais je vous invite à consulter le blog de Stevy Notamment si vous êtes spécialiste du basketball comme Stevy puisqu’il vous donne le lien vers le modèle de développement à long terme de la fédération canadienne de basketball.

Il est normal de se tourner vers le Canada. Le DLTA est en place depuis plusieurs années et les ressources pédagogiques en ligne pour les entraîneurs et les parents sont nombreuses. Là bas, de nombreuses fédérations ont mis en ligne leur modèle de DLTA pour leur sport.
Le football américain est évidemment dans ce cas. Football Canada propose sur son site le premier volume de son modèle de développement à long terme, intitulé “Football pour la vie”.

Même si l’organisation du sport est différente dans les deux pays, le modèle canadien, basé sur le DLTA, est riche d’enseignement. Il propose même une double lecture en fonction de l’âge chronologique et l’âge d’entraînement. Et ce, y compris sur le thème de la préparation physique, thème qui vous est cher si vous lisez ce blog.

Ainsi, les recommandations sont que, pour un développement optimal du joueur de football américain, 20 à 45% du temps d’entraînement devrait être consacré au développement et à l’enseignement des compétences physiques : souplesse, vitesse, endurance, force.

Donc, chez le débutant, c’est 20% du temps d’entraînement, hebdomadaire ou annuel, qui devrait être consacré à la préparation physique. Soit 24 minutes par entraînement (sur la base de 2 heures par entraînement). Vous pouvez vous même faire le calcul selon votre planification annuel du temps global.

De plus, selon l’âge et le sexe, certaines périodes sont plus propices au développement de certaines qualités. C’est la base du DLTA.
Ainsi, en cadet (15-16 ans), la priorité doit être mise sur l’endurance/aérobie et la vitesse.
Cette catégorie d’âge représente d’ailleurs la fenêtre optimale d’entraînement de l’endurance/aérobie. Si la fenêtre est ratée, l’athlète peut ne pas se développer à son plein potentiel.

Donc pour prendre un exemple concret, pour un débutant de 15-16 ans, 20% du temps d’entraînement, hebdomadaire ou annuel, devrait être consacré à l’entraînement de l’endurance/aérobie et la vitesse.

Cela correspond-il à la pratique dans votre club ?

Chaque publication, dans votre boîte de réception. Pas de spam, jamais. Promis.