Guy Otanon, un des meilleurs entraîneurs de sprint français a réalisé une présentation lors des Entretiens de l’INSEP fin 2013. Ce dernier semblait assez perplexe devant la demande de certains entraîneurs et sportifs de conseils, exercices ou solutions simples pour l’amélioration de la vitesse dans leurs sports. Pour lui la vitesse n’existe pas en tant que telle, mais est l’expression de multiples qualités physiques.

Il est facile de confondre sprint et vitesse.

Le sprint est un type d’épreuve dans un sport, l’athlétisme.

La vitesse, est l’expression de plusieurs qualités et compétences physiques.

Il y a une énorme différence !

Les sports demandent des compétences techniques, tactiques, physiques et mentales.

Le sprint est une situation fermée et sans incertitude. Il répète en compétition exactement la même action que celle réalisée à l’entraînement. A tel point que Guy Otanon précisait que Jimmy Vicaut avait réalisé 2 fois la même course lors des championnats de France 2013 : même chrono, même nombre de foulées… A 10 cm près.

Le joueur de sport collectif doit constamment faire face à l’incertitude provoquée par ses adversaires et ses partenaires. Le joueur de sport collectif est tout le temps face à des situations ouvertes et incertaines. C’est à lui de trouver la réponse.

Le joueur de sport collectif est dans un environnement chaotique. Il doit accélérer, décélérer, changer de direction, et ainsi de suite. Tout ceci selon les actions de ses adversaires et partenaires.

C’est pourquoi, copier l’entraînement d’un sprinter, vous aidera certainement… A être meilleur pour le sprint. Allez, au mieux pour les tests physiques de début d’année ? Pas en sport collectif.

Les compétences de vitesse multidirectionelle sont la clé pour la majorité des sports collectifs. Leur enseignement en décomposant chaque mouvement est indispensable.

Mais placer le sportif dans des situations chaotiques, incertaines, le forçant à s’adapter et utiliser les bonnes compétences de vitesse est également incontournable. Ce qui sous entend avoir fait l’acquisition des compétences de vitesse.

Pour vous en convaincre, je vous invite à consulter le blog de Stevy Farcy consacré à l’entraînement au basketball. Dans cet article, il conclut, étude à l’appui :

“les joueurs semi-professionnels ont une meilleur agilité réactive que les joueurs amateurs ce qui révèle de meilleures capacités pour la prise d’information visuelle et le temps de décision”.