Entrainement de la vitesse : la vitesse de réaction

La Vitesse, sous ses différentes formes, est un facteur important dans la performance athlétique dans la majorité des sports collectifs et de raquettes.

L’entrainement de la vitesse peut se décliner en 3 principaux thèmes :

– La vitesse de réaction

– La création de vitesse

– Le maintien de vitesse

Je vous présente aujourd’hui sur le premier thème, celui de la vitesse de réaction.

Définition

Ce terme défini le temps entre un signal et la première réponse musculaire. D’un point de vue physiologique cela comprend l’excitation des récepteurs, la transmission de l’influx nerveux jusqu’au système nerveux central (SNC), l’élaboration de la réponse motrice au niveau de celui-ci, son acheminement vers le muscle et se termine par l’excitation du muscle et le déclenchement de l’activité mécanique (Zatzyorsky 1980). Autrement dit : la détection du signal, le choix de la réponse et la production du mouvement.

Les situations pour travailler cet aspect de la préparation athlétique sont très diverses. En effet, plusieurs variables s’offrent au préparateur physique.

Variable 1 : la position de départ

Varier les positions de départ du mouvement afin de ne pas laisser s’installer l’habitude qui crée « la barrière de vitesse » tout en restant le plus proche possible de l’activité. Mais explorer la multiplicité des espaces sollicités par la motricité de l’activité (avant, arrière et latéraux).

Variable 2 : type de signal

Toujours pour ne pas créer d’habitude il est important de varier le type de signal auquel le joueur doit répondre. Le signal peut prendre la forme d’un son (Auditif), un mouvement (Visuel), un contact physique (Kinesthésique).

Variable 3 : type de réponse

La réponse au signal peut être simple : une réaction possible. Mais également multiple: plusieurs réactions possibles en fonction du signal. Jouant ainsi sur l’incertitude de la réponse.

Résumons

Chaque action sportive débute par une réaction à un signal. Signal en provenance des partenaires, des adversaires ou de la balle…

Il convient de différencier d’une part, la vitesse d’un joueur à traiter l’information et à prendre une décision, et d’autre part, la vitesse à laquelle l’information et la commande sont transmises aux muscles. Pour prendre l’analogie de l’informatique, l’ordinateur (le cerveau) traite l’information. Le réseau permet à l’information de circuler. Si le réseau est lent l’information circulera lentement dans les deux sens. Au final le système ne sera pas performant. Travailler la vitesse de réaction, c’est en fait augmenter la vitesse du réseau. La vitesse à laquelle circule les entrées/sorties du SNC.

On dit parfois de certains joueurs qu’ils voient le jeu avant les autres…et si la vitesse de leur réseau était tout simplement au dessus des autres ?

Ci dessous un exemple:

Position debout, signal visuel (balle) et réponse simple (sprint).