Entraînement de la vitesse : 3 notions à emprunter au sprint

J’ai exprimé à de nombreuses reprises mon doute sur le fait que le sprint serait la solution, LA méthode d’entraînement de la vitesse pour les pratiquants des autres sports. Il y a de trop nombreuses phases absentes du sprint d’athlétisme.

En revanche, l’approche très précise de la tâche et des besoins, doit être un exemple pour tous les pratiquants des autres sports cherchant à améliorer leur vitesse : placement des appuis, actions des bras/jambes, posture, angle, etc.

En fait, il y a pour moi 3 notions qui reviennent systématiquement lorsque l’on échange et écoute les entraîneurs d’athlétisme.

3 mots clés que l’on entend très souvent dans la bouche des spécialistes du sprint.

3 notions que vous pouvez / devez utiliser pour votre préparation physique.

Qualités musculaires

L’INSEP a consacré un de ses Entretiens au sujet de l’entraînement des qualités musculaires de force-vitesse.

C’est un thème pour lequel les outils et connaissances scientifiques ont fait un bon en avant.

puissance-force-vitesse

Développement de la force, de la puissance, de la vitesse ? Quels sont les besoins pour votre sport, pour votre position ? Quel est votre profil musculaire ?

Orientation de la force

J’en parle très souvent lorsque j’aborde le thème de la vitesse .

Il semblerait que la différence, entre les sprinters de niveau élite et les sprinters de niveau national, ne soit pas tant le niveau de force produite, mais l’orientation de cette force.

Quelles sont les directions des forces dans votre sport ?

Qualité

Je sais, cela semble incroyable pour les pratiquants de nombreux sports : la récupération doit être maximale lorsque l’on entraîne la vitesse.

Le repère est souvent de 1min par 10m. En deçà, on glisse vers un travail énergétique. En tant que sportif, vous avez l’impression de ne pas travailler si n’avez pas de sensation de fatigue. Mais vous ne pouvez pas aller contre la physiologie.

fatigue-entrainement-vitesse

Pour entraîner efficacement la vitesse il faut de la qualité et, pour cela, il faut une récupération maximale. Lorsque votre souffle viens à manquer, on peut presque considérer que vous êtes dans l’erreur.

Soyez sûr de la qualité physique que vous entraînez.