A LIRE :

Evaluation de la vitesse

Lorsque l’on parle de l’évaluation de la vitesse, on la réduit parfois à une simple mesure chiffrée de chronomètre. Ainsi, pour évaluer cette qualité physique des tests de sprint sont organisés.

Cependant il convient de relativiser ceux-ci. En effet, il faut faire la distinction entre plusieurs notions: l’accélération, le sprint et la vitesse.

L’accélération est la capacité à créer du mouvement.

 Autrement dit, la création de vitesse.

Le sprint est la capacité à se déplacer dans un temps le plus bref sur une distance en ligne droite. La notion de vitesse maximale y est importante.

La vitesse est la capacité à se déplacer dans un temps le plus bref sur une distance…qui en sport n’est pas toujours en ligne droite.

Ainsi, dans la réalité, le facteur important pour la vitesse dans la majorité des sports est plus l’accélération que le sprint (vitesse max) proprement dit. Car sur le terrain les actions où la vitesse maximale est atteinte sont bien rares. Pour mieux comprendre cette réflexion, je vous invite à consulter les posts précédents sur le thème de la vitesse (vitesse, de quoi parlons nous et vitesse linéaire et vitesse latérale).

Sur le terrain, il est courant de voir proposer des tests de 10, 20, 30, 40 mètres. Ceux-ci sont donc pertinents pour évaluer l’accélération (pour les distances les plus courtes) et les qualités de sprint (pour les distances les plus longues).

L’évaluation des qualités de vitesse « sportive » doit en revanche permettre d’intégrer l’aspect multidirectionnel et l’importance des changements de direction dans de nombreux sports collectifs ou individuels.

Les sports américains proposent depuis bien longtemps, en plus d’un test de sprint, des tests avec changements de direction. Le pratiquant va alors se déplacer en L (L-test ou 3 cônes test), en T (T-test) ou en navette (20y shuttle ou short shuttle).

Une approche très intéressante est celle de Georges Cazorla de l’Université de Bordeaux. Il propose de comparer le résultat d’un sprint avec le résultat pour la même distance mais avec des changements de direction (ici appelés crochets). Ci-dessous un descriptif du protocole (cliquer sur l’image pour l’agrandir), puis une vidéo de l’équipe nationale de Nouvelle-Zélande de rubgy effectuant les tests.

Chaque publication, dans votre boîte de réception. Pas de spam, jamais. Promis.