Football américain : le test du 40 yards est-il un mauvais test de vitesse ?

Le test du 40 yards est un sprint de 40 yards. C’est une évaluation sacralisée par les entraîneurs. Le test est simple. En ligne droite. Pas de réaction, pas de changements de direction, pas de variables.

Même lors d’un sprint lors d’un match, vous allez devoir réagir à un (des) adversaire(s) ou aux mouvements du ballon. Généralement, vous n’allez pas en ligne droite sur 40 yards.

Lorsque vous devez réagir, changer de direction, avoir votre pied au sol pour appliquer de la force est indispensable. Si vous pouvez être rapide avec plus d’appuis au sol, c’est un avantage ! Cela vous aide à réagir plus efficacement.

Les grandes foulées puissantes n’aident généralement pas dans la plupart des sports collectifs.

Le 40 yards n’est donc peut-être pas le meilleur test de vitesse pour le football américain (Idem pour les tests de sprint dans les autres sports collectifs ?).

Certains diront : “la vitesse, cela reste la vitesse, peu importe comment elle s’exprime”.

Cela est vrai dans une certaine mesure. Mais la vitesse en sprint ne se transfère pas automatiquement sur le terrain.

 

Encore une fois : NOT SO FAST MY FRIEND (LE moment Lee Corso !)

 

Prenons un cas courant : les joueurs vifs/toniques (quick)

Ils ont la réputation d’avoir une bonne “vitesse de jeu”. Ils ont tendance à performer moyennement sur les tests de force mais de bien performer sur les tests de détente (CMJ) et les tests dits “d’agilité” (Short shuttle – L test).

Puis vous leur faites courir un 40 yards et ils donnent l’impression d’avoir une caravane dans le dos. Ils prennent un grand nombre d’appuis au départ et donnent souvent l’impression de “mouliner” sur place.

Conclusion classique : il ne sont pas “rapides”… Mais est très “rapides” sur le terrain ! (Come’on Men !)

Leurs pas ont une faible amplitude (donc peu de déplacements) mais sont très fréquents (ces joueurs sont donc capables de réagir et de changer de direction).

Ok, vous voyez où je veux en venir…

Second cas courant : les joueurs “sprinters”

Lorsqu’ils ont couru un 40 yards pour la première fois, certains de leurs coéquipiers se sont demandés s’il s’agissait bien des même types à côté d’eux sur le terrain… Et ont commencé à se méfier d’eux aux entraînements (attention, le gars est troooooooooooooooop vite !). Ils prennent de grandes foulées avec des appuis puissants.

Conclusion classique : grosse pression sur eux ! A cause de (grâce à) leur bon chrono sur le 40 yards, ils sont à présent classés dans la case “rapide” par les coachs. Ces derniers vont donc attendre d’eux que cette vitesse se transfère sur le terrain (comprendre faire des gros jeux).

Cependant, s’ils ont tendance à bien performer également sur les tests de force, cela n’est pas toujours le cas sur les tests dits “d’agilité”. Parfois même pas du tout dans le jeu.

Leurs pas ont une grande amplitude (beaucoup de déplacements) mais sont très peu fréquents (ces joueurs sont donc incapable de réagir et de changer de direction).

Oui, je sais, je généralise. Mais ces 2 profils sont très fréquents. Ils illustrent le fait que le test du 40 yards (et tous les tests de vitesse uniquement en ligne droite) n’est pas la solution miracle pour évaluer les joueurs lorsqu’il n’est pas associé avec d’autres tests dits “d’agilité”.