La mort de la course longue ?

Course longue.

Cela sonne comme une torture dans l’esprit de nombreux sportifs. Surtout si vous avez vécu ce sentiment de punition qui accompagne ces longues séances de reprise, et parfois même après, à courir longtemps…longtemps…très longtemps…surtout bien trop longtemps à votre gout. Cette méthode a un nom : la course longue.

On l’a souvent présenté comme une étape obligatoire de la préparation physique pour préparer le corps à l’effort, arguant qu’il fallait améliorer la capacité des muscles à capter de l’oxygène. Ceci est vrai. Mais la course longue ne semble plus être la solution la plus efficace…

Une étude canadienne vient ajouter un argument supplémentaire à l’abolition de la peine de la course longue. En effet, Martin Gibala, enseignant chercheur a l’université de McMaster à publié en 2006 une étude dans laquelle il compare les méthodes d’entrainement intermittentes et courses longues. L’étude, menée pendant 2 semaines, a comparé les effets d’un entrainement intermittent de 20 minutes et ceux de courses longues d’une durée allant de 90 à 120 minutes. Le travail intermittent à consisté en 30 secondes de sprint, suivies de 4 minutes de pédalage lent.

La conclusion de l’étude indique globalement les mêmes améliorations pour ce qui concerne l’adaptation du muscle à capter l’oxygène. Oui, les mêmes ! Un peu de calcul. Le groupe de course longue à travaillé sur des séances 4 à 5 fois plus longue que celui en intermittent pour les mêmes résultats.

Dans un milieu ou le temps est toujours un facteur déterminent, le choix de la méthode ne se pose plus…il s’impose de lui-même! 

Faites la différence!

Retrouvez nos services de préparation physique en visitant www.performanceathletique.com