Les mécanismes de la fatigue : partie 2, fatigue respiratoire

Dans la première partie de cette série sur la fatigue, vous avez certainement fait la découverte des différentes causes de la fatigue.

Aujourd’hui, nous allons voir plus en détail cette première cause : la fatigue respiratoire.

La majorité des sports collectifs sont des sports à prédominance “anaérobie”. Cela signifie que la vitesse et l’intensité auxquelles les joueurs évoluent pendant le jeu sont trop élevées pour le système aérobie pour fournir le carburant.

En résultat de cette production d’énergie “anaérobie”, le corps développe une “dette d’oxygène”, signifiant un manque d’oxygène pour les muscles.

Naturellement, le corps ne pourra maintenir cette intensité pendant longtemps (quelques secondes) avant de devoir rembourser cette “dette d’oxygène”.

La fatigue respiratoire peut être vue comme une incapacité des poumons à capter suffisamment d’oxygène et au système cardio-vasculaire de le délivrer aux muscles.

Cette cause est un facteur clé dans votre capacité à récupérer rapidement entre les actions. Plus vous captez et transmettez d’oxygène lors des phases de récupération, plus vous serez capable de maintenir un niveau élevé de vitesse et d’intensité dans le jeu.

La partie 3 de cette série présentera plus en détails le rôle de la fatigue musculaire localisée dans les mécanismes de la fatigue.