Luxation de l’epaule : ne perdez pas espoir !

Malheureusement pour les sportifs la blessure, la luxation de l’épaule par exemple, fait partie de jeu. Rares sont ceux qui traversent de nombreuses années de pratique sans subir quelques traumatismes.

Ainsi, parmi les sportifs dont je m’occupe, certains ont subi des blessures plus ou moins graves au niveau de d’articulation de l’épaule : entorse acromio-claviculaire, déchirure du bourrelet glénoïdien, lésion SLAP et même luxation à divers stades (opération ou non).

Permettre à des sportifs présentant ces blessures de continuer à être compétitif est un vrai challenge. Mais rien d’impossible si on suit quelques règles pour protéger l’épaule.

Lors d’une séance en salle musculation avec un sportif avec lequel je travaille, j’ai eu un échange surprenant avec un des clients de la salle âgé d’une vingtaine d’année.

En effet, le sportif dont je m’occupait ce jour là avait été victime d’une luxation de l’épaule à plusieurs reprises. Il en avait gardé depuis une instabilité, mais pour autant, il montrait une réelle implication dans le programme de renforcement musculaire et de prévention que nous avions défini ensemble depuis quelques mois.

Nous discutions lors de la séance en question du fait que son épaule “craquait” (en fait une micro luxation) beaucoup moins depuis (parfois une fois par semaine).C’est à cet instant que le jeune client de la salle de remise en forme s’est joint à la discussion. Lui aussi avait une épaule qui “craquait” régulièrement. Mais lui, son épaule “craquait” beaucoup plus fréquement : 5 à 10 fois par jour ! Ce qui, vous en conviendrez, n’a absolument rien de normal ni de rassurant.

Le plus fou est qu’il continuait à marteler son épaule en musculation !

Pas très surprenant malheuresement que l’épaule de ce dernier soit aussi instable !Les probabilités de luxation de l’épaule sont particulièrement élevées lorsqu’on a déja subi cette blessure !

Jugez plutôt :

92% chez les adolescents

60% entre 20 et 30 ans

20% entre 30 et 40 ans

Encore pire dans les sports de collisions : 86 à 94% toutes catégories d’âge confondues !

Si avez subi une luxation et que ces statistiques vous impressionnent, rassurez-vous ! Vous pouvez encore vous entrainer et faire de la compétition.

J’avais déja évoqué ce que je conseillais de faire après une luxation de l’épaule et quelques exercices de base pour réduire le risque de blessures à l’épaule dans un article en deux parties (Partie 1 ICI et Partie 2 ICI).

Mais pour cela, opération ou non, il vous faudra sans aucun doute adapter votre programme de musculation dans cette objectif.

Dans cet esprit, pensez à vous entourer de professionnels de la réeducation, de la ré-athlétisation et de la préparation physique pour bénéficier de compétences spécifiques.

 

 

 

Références: Recurrences after initial dislocation of the shoulder. Results of a prospective study of treatment