Membres inférieurs : quelle importance dans les sports de lancer et de raquette ?

Dans l’esprit de beaucoup de sportifs, les gestes de lancer (baseball, football américain) ou de frappe via un engin (tennis, baseball, golf) sont des mouvements principalement du haut du corps. Cependant, des chercheurs ont conclu que ces différents gestes sportifs impliquaient également de manière significative les membres inférieurs et la sangle abdominale. En fait, on parle de séquence proximale distale. C’est-à-dire que le mouvement débute par les membres inférieurs et progresse à travers la sangle abdominale avant d’accélérer le bras et finalement la main.

Pour en savoir plus, quelques études ont exploré les muscles impliqués, notamment dans le lancer au baseball.

MacWilliams (1998) est arrivé à la conclusion qu’une plus grande poussée au sol produisait une plus grande vitesse du poignet.

Une étude par Olivier (2010) semble indiquer qu’une plus grande activité des muscles grand fessiers augmentait la vitesse de rotation du torse.

Enfin, Yamanouchi (1998) a étudié l’activité des muscles des membres inférieurs. Les enseignements sont que les muscles adducteurs et abducteurs sont particulièrement actifs lors du lancer. Même plus que les quadriceps.

Quelles conclusion pour la préparation physique au baseball, football américain, tennis ou golf ?

Comme pour nos programmes d’entraînement d’une manière générale, je préfére avoir une approche globale et transversale.
Ainsi :

1 – aucun exercice de préparation physique ne peut simuler / reproduire avec exactitude la séquence proximale – distale et la vitesse du geste sportif en lui-même.
J’avais déjà parlé de la fausse bonne idée des balles lestées pour les gestes de lancer.

2 – A partir de ce constat, les seules solutions sont d’entraîner les qualités physiques pour chaque composante.
Membres inférieurs, sangle abdominale, membres supérieurs. Pas uniquement le force du bras lanceur !

3 – Les muscles fessiers sont bien les muscles plus importants chez les sportifs
Les athlètes dont j’ai la charge peuvent confirmer le soin apporté à leur entraînement lors des séances dans nos installations !

4 – Se concentrer sur des exercices unilatéraux pour les membres inférieurs.
Ceux-ci sollicitent beaucoup plus les adducteurs et abducteurs pour stabiliser la jambe d’appui.

5 – Ne pas oublier d’apprendre à produire de la force / accélération en latéral grâce à des des efforts dynamiques.

6 – Développer la capacité à restituer et transférer de la force en rotation à travers la sangle abdominale.