Le mal de dos est présenté comme le mal du siècle.

Un grand nombre de sportifs utilise la musculation comme un outil pour améliorer leurs performances en compétition.

Cependant, cette pratique peut aggraver la pathologie du “mal de dos” lorsque quelques règles ne sont pas respectées.

Que faut-il éviter ? Que faut-il faire pour protéger son dos ?

1- Arrêtez crunches et hyperextensions

Ce ne sera jamais assez répété : la répétition des flexions, extensions et rotations au niveau des vertèbres lombaires est dangereux.

De nombreux articles du blog sont consacrés à ce sujet.

Dirigez-vous plutôt vers des exercices de gainage.

2- Conservez une bonne technique

Si les mouvements au niveau des vertèbres lombaires sont dangereux (voir plus haut), il est donc logique que ces mouvements n’apparaissent pas lors de l’exécution de vos exercices.

Si c’est le cas il n’y a que 2 raisons :

a) votre technique n’est pas bonne

b) Vous prenez trop lourd et cherchez à compenser pour impressionner vos partenaires (ou votre ego).

Dans les deux cas vous risquez de finir chez le kiné/ostéo.

3- Mettez la barre devant

Le squat “classique” est très populaire. Cependant il se révèle plus traumatisant pour les genoux et potentiellement plus dangereux pour le dos.

N’hésitez pas à passer à la version squat barre devant.

4- Travaillez sur une seule jambe

C’est un simple calcul de mathématique.

Exemple : vous travaillez à 100 kg au squat. Donc 50 kg sur chacune de vos jambes et 100 kg sur votre dos.

A présent, sur un exercice sur une seule jambe, on peut donc présumer que vous allez travailler à 50 kg. Donc 50 kg sur votre dos.

50% de compression en moins sur vos vertèbres pour un travail identique pour vos jambes! C’est plutôt une bonne nouvelle !

5- Ne mettez pas de ceinture lombaire !

Vous avez déjà une ceinture pour protéger votre dos : La sangle abdominale (et lombaire).

Développez celle que vous avez déjà !

6- Essayer des exercices moins risqués