A LIRE :

Musculation : football contre football américain

Mon expérience en tant que préparateur physique porte beaucoup sur les sports américains. Dans ces sports, la culture nord américaine de la préparation physique a tendance à mettre en avant l’importance de la musculation. Ainsi, beaucoup de joueurs de football américain qui cherchent à développer leur force musculaire ne jurent que par certains exercices. Comme par exemple, l’exercice du Squat. Lorsque j’interdis cet exercice à certains ou  ,que je ne le propose pas dans leur programme, ils ont l’impression de passer pour des “@!?!!!@@!!”.

Depuis quelques semaines, j’ai le plaisir de m’occuper de la préparation physique de joueurs de football. La vision de la musculation du joueur de football est assez négative. Il y a souvent une méconnaissance de l’importance du niveau de force pour l’explosivité et la réduction des blessures. Il y a, toujours, une certaine appréhension à utiliser des charges importantes de peur de se blesser.

Il est intéressant d’observer ces 2 approches totalement opposées du développement de la force.

Le joueur de football américain veut toujours utiliser un maximum de poids, au risque de mal exécuter le mouvement et/ou de se blesser.

Le joueur de football est toujours très réticent à utiliser un maximum de poids, au risques de réduire les effets de son entraînement.

En fait, ces 2 visions sont aussi inefficaces l’une que l’autre sur le long terme.

Si vous tombez dans l’un de ces 2 cas, voici quelques remarques.

1 – Entraînez-vous pour les besoins de votre sport

La majorité des sports nécessitent des niveaux de force et d’explosivité élevés.Que vous aimiez ou non la musculation, il est probable que cela vous soit indispensable pour être plus performant.

2 – Entraînez-vous selon ce que vous êtes capable de faire

Si vous réalisez mal un exercice ou que celui-ci vous fait mal —> STOP !
Aucun exercice n’est obligatoire. Ce qui est obligatoire c’est de progresser.Il existe de nombreux exercices différents et vous n’êtes pas là pour vous mettre en danger.

3 – Entraînez-vous pour vous-même

Ne copiez pas le programme ou les séances d’autres sportifs. Certains exercices ont l’air sympa, mais ils vous sont peut être contre indiqués ou trop complexe pour vous pour l’instant.Entraînez-vous selon les besoins de votre sport et selon vos besoins pour être performant dans celui-ci.

4 – Utilisez une progression

Certains utilisent une progression “faiblement fonctionnel”–> “très fonctionnel”.

Généralement plus un exercice est dit “fonctionnel”, plus il vous sera demandé de stabiliser votre corps debout (voir sur une jambe) et de coordonner un plus grand nombre de segments de votre corps. Plus un exercice serait “fonctionnel”, plus son transfert serait facile vers le geste sportif. Généralement, plus un exercice est dit “fonctionnel”, moins la charge additionnelle sera importante.

Ainsi, afin d’éviter les erreurs des 2 visions de la musculation (football / football américain), j’ai tendance à proposer des exercices de cette façon :

-> pour les joueurs de football américain qui adorent utiliser un maximum de poids, au risque de mal exécuter le mouvement et/ou de se blesser, nous proposons des exercices légèrement plus “fonctionnels” que le Squat. Tous les exercices unilatéraux avec support rentrent dans cette catégorie car il empêchent d’utiliser trop de poids de par leur complexité (tout en permettant de bien charger tout de même !). Le Split Squat est par exemple un bon point de départ.

Puis, si le schéma du squat est correct et donc sans dangers, nous re-introduisons le Squat. Nous avons donc une progression plutôt “faiblement fonctionnel”–> “très fonctionnel”.

-> pour les joueurs de football, nous utilisons la progression inverse – “très fonctionnel”–>“faiblement fonctionnel”.
Progresser d’exercices avec des charges faibles vers des exercices avec des charges plus importantes nous permet de construire la confiance du joueur dans les mouvements et l’utilisation de charges additionnelles plus importantes.

Ce sont les grandes lignes de notre d’une approche basée sur le mouvement. Mais cela se base avant tout sur le profil de chaque joueur.

Au final le plus important est d’adapter le programme au joueur, et pas nécessairement l’inverse. Nos objectifs sont de réduire les risques de blessures et de progresser sur le terrain.

Chaque publication, dans votre boîte de réception. Pas de spam, jamais. Promis.