La cheville est une articulation à laquelle il faut porter beaucoup d’attention.
Lors du questionnaire de santé et du bilan fonctionnel dont bénéficie chaque sportif avant de recevoir son programme d’entraînement personnalisé chez Performance Athlétique, j’insiste toujours particulièrement pour savoir s’il y a eu blessure à la cheville dans le passé.

Il est vraiment rare de ne jamais s’être tordu la cheville. Même si le bilan fonctionnel permet de détecter les grosses blessures, non ou mal soignées, il est important d’identifier rapidement si nous allons devoir mettre en place une stratégie pour la cheville.

Car il n’est pas rare qu’une entorse de cheville ne soit jamais soignée.
L’utilisation de strap pour maintenir l’articulation n’est qu’un cache misère. Pire, cela peut vous faire perdre définitivement de la mobilité. Clairement pas la bonne solution sur le long terme. La cheville doit être mobile pour permettre à l’ensemble de la jambe de fonctionner correctement… Et protéger le genou. J’avais déjà évoqué l’importance de la mobilité de la cheville pour la prévention de blessures au genou ICI.

La poursuite de l’entraînement ou de la compétition sur une cheville fragilisée n’est pas non plus très intelligent. Vous attendez juste que la blessure devienne vraiment trop sérieuse et qu’elle vous oblige à arrêter. Cette étude de 2012 indiquerait qu’une entorse de cheville a 25% de chance d’être suivie d’une nouvelle entorse sur la même cheville dans les 3 mois.

Enfin, cette étude semble indiquer que les entorses de cheville altèrent l’efficacité des muscles fessiers. Les muscles les plus importants pour les sportifs, comme je l’expliquais dans ce post.

Pour conclure, soyez sûr que ne pas porter attention à la plus petite entorse de cheville c’est finalement accepter de ne plus contrôler la suite des évènements.
Il est important de mettre en place une stratégie de réduction des blessures dans votre programme de préparation physique. Un bon programme de préparation physique EST une stratégie de prévention des blessures.

Voici quelques exemples d’exercices que nous incluons dans les programmes d’entraînements à  :

– amélioration de la mobilité de la cheville

– développement de la stabilité de la cheville (proprioception)

– travail fonctionnel des muscles fessiers

– amélioration des réceptions (pliométrie)

– développement des techniques de changements de direction et de décélération.

– renforcement musculaire des membres inférieurs unilatéral

et enfin
– travail énergétique (cardio) pour maintenir la qualité du mouvement pendant toute la rencontre