Je regardais samedi soir un match de MLB sur ESPN America, tentant d’expliquer les règles de baseball (à ma copine). Ce qui n’est pas forcément une tâche aisée (à cause du baseball, évidemment !).

Entre les questions propres au jeu, elle a une remarque plutôt juste : « il lance mal celui-la… ».

Ok, pour tout vous expliquer, j’ai beaucoup contribué à son intérêt grandissant pour le football américain, entre autres. Les longues heures devant les rencontres NCAA et NFL y sont certainement également pour beaucoup. Elle ne peut pas encore apprécier la lecture de la défense par le quaterback ou la qualité d’un pitcher, mais j’y travaille, comptez sur moi !

Le geste de lancé « étrange » auquel elle faisait allusion était le lancé en sous-marin.

On peut en effet observer plusieurs mécaniques pour lancer une balle. Celles-ci sont plus ou moins identiques tous les sports de lancé. Ceci que la balle soit petite (baseball) ou plus grosse (football américain ou même handball). Ces mécaniques sont classées suivant plusieurs familles : « L » inversé, « V » inversé, « W » inversé, etc.

Le constat est que même avec un geste « mauvais » il est possible d’accumuler d’énormes statistiques. Nombre des pitchers les plus performants actuellement en MLB sont dans ce cas. L’ancien quaterback de l’université d’Hawai, Colt Brenan, en est un des autres exemples récents (30 records universitaire à l’époque) .

Cependant, rares sont les pitchers présentant une « mauvaise » technique qui ont traversé leur carrière sans accumulation de blessures. Cela semble incroyable, mais 79% des pitchers professionnels semblent présenter des lésions de l’épaule .
Epaule et coude sont les deux articulations les plus touchées par les blessures chez les lanceurs. Notamment à cause de 2 défauts majeurs.

Pour ce qui concerne l’épaule, il est possible de pointer du doigt la situation très traumatisante d’hyper-abduction que subit cette articulation lorsque le coude monte au dessus de l’épaule et que la main descend sous le coude lors du lancé.

Coude trop haut et main trop basse = blessures

Enfin, avoir le coude en dessous de l’épaule lors du lancé est également à l’origine de blessures. Car dans ce cas de figure, on constate une augmentation de la force subie par l’articulation du coude selon cette étude.

Coude trop bas = blessures

Personnellement j’ajouterais l’articulation de la hanche et la sangle abdominale pour le lancé sous-marin.

Je comprends qu’avoir mal à l’épaule et au coude fasse presque partie de la culture des sports de lancé. Mais avoir mal ne peut être une fatalité. Cela ne peut que réduire votre capacité à vous entraîner, puis tout simplement votre capacité à jouer. Avoir un geste le plus parfait possible est donc bienvenu dans cet objectif.

Le problème est que le geste de lancé est compliqué à modifier. Certains avancent qu’il faut 1 million de répétitions avant de maitriser un geste. Je suppose que l’on peut dire qu’il en faut autant avant de le faire changer. Alors imaginez après plusieurs années de pratique. Il devient difficile de modifier votre geste.
Je ne vous dis pas que c’est impossible d’être efficace et performant en lançant mal. Mais que vous ne pourrez pas lancer longtemps ainsi. Tôt ou tard vous allez le payer.

Prochaine étape : opération

Donc, avant que vous mettiez votre gant ou votre casque au placard, j’aimerais vous rassurer. Oui, vous pouvez encore pratiquer votre sport favori pendant plusieurs années.

Voici quelques recommandations :

1- N’oubliez pas qu’une part importante de la précision et de la vitesse de votre lancé provient des membres inférieurs.

2- N’oubliez pas le conseil précédent. Sinon vous pourriez finir par demander trop de travail à votre sangle abdominale. Gare à vos obliques !

3- Pensez à intégrer un travail de prévention pour votre épaule : renforcement de la coiffe des rotateurs et des fixateurs des scapula entre autres.

4 – Ajoutez un travail de prévention pour votre coude : qualité des tissus, conservation des amplitudes de mouvement notamment.