Quantifier le stress subi par vos articulations

L’objectif de toute préparation physique est de développer des qualités physiques.

Le corps humain est une magnifique machine.

Votre corps va s’adapter et développer des qualités physiques,tant que le stress qu’il subit (l’entraînement) ne dépasse pas ses capacités d’adaptation. 

Il existe différents types de stress. Notamment le stress mécanique. C’est généralement le stress le plus simple à comprendre. Ce terme regroupe les forces, les impacts subis par les os, articulations, tendons, muscles, etc. 

Blaise Dubois propose un modèle pour quantifier les stress provoqué par différentes activités physiques.

Les activités physiques sont notées de 0 à 10. 

3 zones sont clairement identifiées : repos (non adaptation), adaptation, et dépassement. 

Comme l’indique B. Dubois, lorsque les capacités du corps sont dépassées, il en résulte des douleurs pendant l’effort, des douleurs pendant l’effort et une raideurs matinale. 

Un stress mécanique trop important par rapport aux capacités du corps est également à mettre en cause pour les blessures “d’inflammation” (tendinites, périostites, etc), mais semblerait également une des causes du développement de l’arthrose. 

Ainsi, toujours comme l’exprime B. Dubois, quantifier quotidiennement le stress mécanique appliqué sur le squelette est la meilleure manière d’éviter des blessures.

Quelques exemples de facteurs à prendre en compte : 

– âge

– historique des blessures

– capacité d’entraînement

– nombre et contenu des séances technico-tactiques

– type de sport

– surface de jeu

– nombre et contenu des séances de préparation physique

– période dans la saison

Par exemple, je travaille beaucoup avec des pratiquants de sport collectif (football américain, basketball, rugby, football). Lorsque nous avons la chance de travailler ensemble dans le centre d’entrainement LSA, j’opte presque toujours pour le vélo stationnaire pour le travail énergétique quand nous sommes en saison. C’est le moyen pour moi de diminuer les stress mécanique subi par ces joueurs qui pratiquent des sports avec des changements de direction soudains à grande vitesse, sur des surfaces dures. Dont, de plus en plus souvent, des terrains synthétiques.

Si nécessaire, nous pouvons aussi choisir les cordes ondulatoires, l’ergocycle à bras ou le vélo elliptique ou toute autre option à faible impact / stress mécanique. Dans le même esprit, Benjamin Del Moral, préparateur physique du LOU Rugby en Pro D2 nous parlait récemment du cardio-boxing. 

Ne soyez pas borné pour votre préparation physique. L’important est d’être en pleine forme pour le prochain match, sans douleur ou blessure physique.

Quantifier et contrôler le stress mécanique est un facteur à prendre en compte dans cet objectif.