A LIRE :

Quel est le problème avec les gammes athlétiques ?

Je l’ai pratiqué lorsque j’étais joueur.

On me l’a enseigné lors de ma formation universitaire en sciences du sport : si vous voulez améliorer votre vitesse, vous devez faire vos gammes athlétiques.

Allons y gaiement alors : montées de genoux, tallons fesse, griffé (pas de sioux), etc.

Normal : les athlètes le font, donc tous les sportifs doivent le faire ! L’objectif est d’avoir le fameux “pied d’athlète”.

A mon tour, jeune préparateur physique, j’ai recommencé studieusement la même approche avec les sportifs dont j’étais en charge.

Depuis plusieurs années, cette logique n’est plus totalement la mienne.

Ok, je comprends l’intérêt de ces exercices pour la coordination, la dissociation, ou encore la latéralisation. Ainsi j’utilise encore régulièrement ces “gammes athlétiques” mais je trouve qu’elles ne sont pas à même de transmettre les compétences nécessaires à la vitesse dans la majorité des sports.

Notamment pour 2 raisons :

1/ Il y a un consensus sur l’importance de l’accélération dans la majorité des sports. La vitesse maximale n’arrivant que très épisodiquement, voire jamais pour certains sports/postes de jeu. La majorité de ces “gammes athlétiques” enseignent la foulée, le cycle de jambe, pour la vitesse max. Ce n’est pas le besoin ! L’accélération est le besoin !

2 / L’accélération dépend grandement de la composante horizontale de la force produite au sol. Ainsi, il faudra m’expliquer comment on enseigne à un sportif à produire plus de force horizontale avec les exercices où le corps est à la verticale. Cela n’a pas de sens ? Ou est l’angle d’accélération ?

Chaque publication, dans votre boîte de réception. Pas de spam, jamais. Promis.