A LIRE :

Une avancée dans la préparation physique pour le hockey sur glace

C’est tout juste le début des finales NHL que de nombreuses équipes de hockey sur glace en France reprennent (ou bientôt) le chemin de l’entrainement pour préparer la saison prochaine. C’est généralement l’étape de la préparation physique d’avant-saison. Une étude récemment relayée par des collègues américains et canadiens porte justement sur le lien entre qualités physiques et performance au hockey sur glace.

Je sais, souvent ces études isolent tellement les qualités physiques qu’il est difficile de faire un lien avec la compétition. En hockey sur glace, c’est typiquement le cas avec des évaluations physiques hors glace que l’on tente de mettre en lien avec des performances sportives sur glace. Il est dès lors facile de les critiquer, ce que je fais bien volontiers.

Mais cette étude est très intéressante car elle met en lien les performances physiques sur glace, les performances physiques hors glace et les performances sportives en compétition. L’objectif était de déterminer si les meilleurs joueurs, selon les évaluations en compétition des entraineurs, se distinguaient tous par les mêmes performances physiques aux dessus de la moyenne. Autrement dit celles qui séparent les meilleurs joueurs des autres.

Les évaluations physiques comprennent en général des tests de plusieurs qualités physiques afin quantifier le niveau de performance : un score, une note, etc.
La vitesse, la force, l’explosivité, VMA ou la VO2  sont les performances les plus souvent testées.

Personnellement je dois bien avouer qu’une évaluation de la posture, des déséquilibres musculaires ou des problématiques de coordination me semble de plus en plus un complément incontournable pour évaluer un sportif. Cela permet de savoir où se situent les problématiques spécifiques à chaque sportif et dans quelle direction travailler. C’est pourquoi il est bon de prévoir plusieurs évaluations pendant la saison, lorsque cela est possible.

Ceci étant dit, les évaluations physiques ont une réception différente selon les sportifs.
Certains trouvent toujours que “c’est trop différent du match” ou avancent que “je ne suis pas bon en tests”. C’est peut-être en partie vrai. Ou alors peut-être cherchent-il à éviter de faire face à leurs mauvaises performances lors des tests et leur mauvaise (ou absence) de préparation (vous savez, le “pas mal pour un mec qui s’entraîne pas!”)
D’autres ne vivent que pour les tests, veulent tout le temps avoir des tests, savoir à combien est leur « max ». C’est une attitude formidable car très tournée vers la performance et l’envie de s’améliorer. Cependant, il faut toujours garder à l’esprit que l’important est d’être performant en compétition. Dans ce cas il faut bien identifier quelle(s) qualité(s) physique(s) est (sont) primordiale(s) pour son sport.
C’est souvent là que le préparateur physique, moi dans ce cas, intervient pour remettre les choses en place afin de vous éviter, tout d’abord, de faire des biceps pendant des heures devant le miroir et des tours de stade pendant 45 minutes pour votre préparation physique (activités inutiles tant pour le hockey sur glace que pour de nombreux autres sports). Ensuite de faire des tests tout le temps. Une fâcheuse habitude qui consomme beaucoup d’énergie et d’influx. Ce qui n’est pas très conseillé en saison. Après tout vous avez un test tous les week-ends : le match !

Comme je l’ai déjà dit précédemment, un des débats de la préparation physique pour le hockey sur glace était le lien entre préparation hors glace et performance en compétition. Grâce à cette étude (qui a pris en compte 18 facteurs hors glace, sur glace et en compétition pendant une saison complète auprès du champion D1 universitaire américain), nous savons a présent et pour la première fois que c’est le cas.

Les meilleurs joueurs en compétition, selon les évaluations des entraineurs, sont ceux présentant des résultats significativement meilleurs que les autres dans 4 tests : capacité à répéter les sprints, force des membres supérieurs (traction), force des membres inférieurs (leg press) et force des membres supérieurs (développé couché).


Il est intéressant de noter que le taux de masse grasse, l’IMC ou la VO2 (évaluation aérobie), que certains passe leur temps à évaluer, ne sont pas des tests à même de prédire la performance en compétition.

Au regard des dernières études et hormis les sports d’endurance, l’entrainement aérobie n’est pas pour moi une priorité. Nous ne somme plus au siècle dernier et nous savons que la course longue et les séries de tours de piste d’athlétisme (cela se voit encore) ne sont pas les solutions les plus efficaces.  Cela peut être au contraire contre productif.

Les auteurs de cette étude de conclure que :
“L’aptitude aérobie et la composition corporelle n’apparaissent pas comme significativement prédictives de la performance évaluée par les entraîneurs. Pour optimiser l’efficacité de l’évaluation d’avant saison, les entraîneurs devraient s’appuyer sur des tests de force (traction, leg press et développé couché) et de répétitions de sprint tout en réduisant les évaluations de l’aptitude aérobie pour diminuer la charge physique” et que “les meilleurs joueurs ont tendance à être plus lourds, plus rapides lors du test de répétition de sprint et plus forts, notamment au niveau de membres inférieurs”.

Traduction :

1 – C’est le moment d’aller en salle de musculation.

2 – Arrêter de faire des biceps devant le miroir.

3 – Travailler les jambes.

Comme vous le savez si vous lisez régulièrement mon blog, je suis un fervent avocat de la musculation (UTILE, pas du bodybuilding – sans aucun jugement de valeur) et d’une approche moderne des qualités énergétiques. L’évolution des outils technologiques et des connaissances scientifiques sont d’une grande aide sur ces points. C’est ce que je m’efforce d’appliquer avec les sportifs avec lesquels je travaille.

Et vous, qu’attendez-vous pour passer au 21ème siècle pour votre entrainement ?

Si vous souhaitez vous préparer efficacement, Performance Athlétique propose des services de préparation physique et de réathlétisation. Chaque sportifs y bénéficie d’une évaluation fonctionnelle et d’un programme de préparation physique personnalisé selon ses besoins. Toutes les séances se déroulent dans nos locaux à Evry, Essonne (91), et sous constante supervision. Rabais pour les groupes (à partir de 3), étudiants et les sportifs de haut-niveau.

Plus d’informations : www.PerformanceAthletique.com

Chaque publication, dans votre boîte de réception. Pas de spam, jamais. Promis.